JiC

«Je suis choyé, mettons!»

Publié | Mis à jour

C'est l'éclosion pour Alexandre Carrier à Nashville, alors que le défenseur québécois de 25 ans fait une très belle première saison complète avec les Predators. 

Une bonne partie de cette campagne a été passée aux côtés du dominant capitaine Roman Josi. Carrier, qui a amassé 27 points en 62 rencontres jusqu'ici en 2021-2022, admet qu'il est «de plus en plus confortable» dans son rôle et qu'il est assez facile de se retrouver sur la feuille de pointage quand on est le partenaire de Josi, qui connaît la saison de sa vie et qui est un sérieux candidat au trophée Norris.

«Maintenant que je joue avec lui, c'est un peu plus facile en zone offensive, je donne la rondelle à gauche et je le regarde faire des jeux un peu, a souligné Carrier, mercredi, en entrevue à "JiC". Ça aide à produire!»

«Roman est tellement intelligent avec la rondelle, il appuie l'attaque tellement facilement, a-t-il ajouté. Je sais que si je fais une bonne passe, on va avoir une autre opportunité d'aller plus loin, d'avancer le jeu et de provoquer quelque chose.»

«Je suis choyé, mettons!», a résumé le natif de Québec, qui a amassé quatre points à ses deux derniers matchs.

Avec 39 victoires en 67 rencontres depuis le début de la saison, les Predators se tirent bien d'affaire, mais leur présence en séries n'est pas encore assurée alors que de gros matchs se profilent à l'horizon. Cela n'inquiète guère Carrier, qui est plutôt emballé à l'idée de disputer des duels très relevés.

«C'est à nous de finir en force et de faire les séries», a-t-il lancé, affirmant ensuite que l'équipe pourrait y faire des ravages.

«On est une équipe très physique, "coachée" pour travailler fort, on ne lâche jamais, on est toujours sur l'échec-avant, a-t-il observé. En séries, c'est des quatre de sept, tu peux rentrer dans la tête de l'adversaire et ça va être excitant de voir ce qu'on va être capables de faire.»

Voyez l'entretien complet en vidéo principale.