Savannah Grewal

Photo : Savannah Grewal Crédit : Photo courtoisie

Golf

Grewal en queue de peloton

Publié | Mis à jour

Savannah Grewal, l’unique Canadienne au Championnat amateur féminin du Augusta National, n’avait aucun pointage précis en tête lorsqu’elle a pris le départ de la première ronde, mercredi matin. 

Elle voulait saisir toutes ses opportunités pour retrancher des coups à la normale sur le difficile parcours du club de golf Champions Retreat. Celui-ci lui a très rapidement rappelé que sa stratégie était utopique. 

Dès le deuxième fanion, une normale 3 de 150 verges, elle a commis un double boguey. Elle en a ajouté un autre sur le retour, à nouveau sur une normale 3, en route vers une ronde initiale de 79 (+7). 

Un score qui la place en queue de peloton au 59e rang parmi les 72 participantes. L’Ontarienne de 20 ans aura donc fort à faire, jeudi, pour remonter au classement et espérer passer à la ronde finale.

« Je n’ai pas bien frappé avec mes fers, a-t-elle résumé en entrevue téléphonique. Quand je suis parvenue à m’offrir de belles occasions d’oiselets, je ne les ai pas toutes prises. » 

Grewal, 191e golfeuse au classement amateur mondial, a calé deux oiselets pour tenter de réparer ses deux doubles bogueys. 

Normales 3 maudites

Mais les véritables dommages sont survenus sur les quatre normales 3 où elle a ajouté cinq coups à la normale. Pourtant, les conditions météorologiques dans la région d’Augusta étaient favorables. 

En enfilant les coups erratiques, le doute s’est installé dans sa tête et il l’a amenée à commettre des erreurs difficiles à réparer. Surtout en devant composer avec des verts très fermes et rapides.

« Je dois vraiment mieux frapper mes fers en deuxième ronde. Je dois être en mesure de me faire confiance et de toucher mes cibles. Tout peut arriver », a-t-elle espéré en souhaitant s’approcher du top 30. 

Grewal n’est pas la seule à avoir rencontré des difficultés. La meneuse mondiale, l’Américaine Rose Zhang, a signé une carte de 76 (+4). 

Sa compatriote Anna Davis partage la tête avec l’Italienne Benedetta Moresco, à -2. Cinq joueuses ont brisé la normale (72), mercredi.