Alouettes de Montréal

Jean-Samuel Blanc prêt pour la prochaine étape de sa vie

Publié | Mis à jour

La décision d’accrocher son casque et ses épaulettes n’a pas été facile à prendre pour Jean-Samuel Blanc, même si elle a été facilitée par un nouveau défi.

La semaine dernière, l’ancien des Alouettes de Montréal a mis fin à sa carrière de footballeur après six saisons, en plus de décrocher le poste de coordonnateur des unités spéciales et d’entraîneur adjoint en défense chez les Carabins de l’Université de Montréal.

«Ce fut une décision difficile, ne cache pas Blanc. J’ai été opéré à l’épaule en décembre dernier. Les médecins me disaient que j’en avais pour six à huit mois de remise en forme.»

De plus, l’homme de 31 ans n’avait plus de contrat en poche et disons que son passage sous le bistouri a refroidi les équipes de la Ligue canadienne de football.

«Mon corps me dit que je pourrais encore jouer quelques années. Ma famille s’agrandit et je ne sais pas où j’irais jouer. Je ne voulais pas lui ajouter ce stress supplémentaire», indique celui qui sera papa pour la première fois dans les prochains mois.

Pas de retour en arrière

Au début du mois de mars, Blanc s’entraînait dans un complexe sportif montréalais et il a croisé Marco Iadeluca, l’entraîneur-chef des Carabins.

«Je lui ai expliqué ma situation. Ç’a sonné une cloche dans sa tête. On s’est ensuite officiellement rencontré pour discuter d’un poste d’entraîneur.»

Le pilote des Bleus a cependant tenu à mettre les choses au clair.

«Il m’a dit : "si tu prends le poste, je ne veux pas tu changes d’idée en juillet si une équipe t’appelle. Si tu viens avec nous, c’est que tu as fait ton deuil". Il m’a laissé une semaine pour réfléchir à tout ça.»

«C’était trop une belle opportunité pour ne pas la prendre», clame Blanc.

Redonner

Il s’agit donc d’un retour aux sources pour le natif de Montréal, lui qui a porté les couleurs de l’Université de Montréal entre 2011 et 2014.

«J’ai hâte de pouvoir redonner. Les parents disent souvent qu’ils veulent que leurs enfants soient meilleurs qu’eux. Moi, je veux que la prochaine génération de Carabins soit meilleure que je ne l’ai été», dit l’ancien joueur de ligne défensive.

Avec seulement quelques années de plus au compteur que les joueurs qu’il entraînera, Blanc veut miser sur ses talents de communicateur.

«Les gars vont pouvoir s’identifier à moi. Je ne suis pas beaucoup plus vieux qu’eux et je suis passé par le même chemin.»

«J’ai toujours été un joueur qui comprenait ce que les entraîneurs voulaient. C’est pour ça que j’ai connu du succès partout où je suis passé. Je crois que je vais être en mesure de bien transmettre mes idées et ceux de mes collègues à nos joueurs», affirme Blanc.

L’ancien capitaine des Alouettes sur les unités spéciales aura Jean-Alexandre Boucher à ses côtés pour l’épauler dans son nouveau métier. Celui-ci faisait déjà partie du groupe d’entraîneurs responsable des unités spéciales chez les Carabins, l’an passé.