LNH

Roman Josi rejoint deux légendes de la LNH

Publié | Mis à jour

Le défenseur des Predators de Nashville Roman Josi connaît actuellement le meilleur mois offensif de sa carrière et il commence à inscrire son nom dans certains palmarès de prestige aux côtés notamment du légendaire Bobby Orr.

Dans un gain de 5 à 4 contre les Flyers de Philadelphie, dimanche, le capitaine suisse a récolté deux aides.    

Il a ainsi totalisé 28 points en mars; seuls Orr (31 points en mars 1971, 28 en février 1972) et Paul Coffey (29 en décembre 1985, 28 en mars 1984 et février 1990) on fait mieux dans l’histoire du circuit chez les arrières.

Au cœur d’une séquence de 13 matchs avec au moins un point, il pourrait par ailleurs améliorer ce rendement avec une autre rencontre à jouer avant le mois d’avril. Le record d’équipe pour le plus de parties consécutives avec un point est de 16 et appartient au Québécois Jean-Pierre Dumont.

Josi, qui a amassé jusqu’ici 81 points, est également devenu le cinquième défenseur à atteindre le plateau des 80 points en 64 parties ou moins après Coffey (six fois), Orr (six fois), Denis Potvin (deux fois) et Al MacInnis.

Crédit photo : AFP

Pas le favori   

Ces chiffres devraient en faire le favori au trophée Norris, remis au meilleur défenseur de la Ligue nationale de hockey (LNH). Mais Cale Makar semble pour l’instant en avance. Une situation que peinait à s’expliquer l’entraîneur-chef des Predators John Hynes, récemment.

«Roman Josi est le meilleur défenseur de ce sport, avait-il dit plus tôt au mois de mars selon des propos rapportés par le quotidien "The Tennessean". Vous regardez ce qu'il signifie pour cette équipe et ce qu'il signifie pour l’organisation soir après soir... Roman est un joueur étoile, une super étoile.»

«Quand vous regardez les autres défenseurs, je ne suis pas sûr qu'il y a un joueur ayant un impact sur son équipe et son organisation que Roman.»

Josi a déjà remporté le Norris. C’était en 2020, après une saison de 65 points en autant de rencontres, il avait maintenu un différentiel de +22. Il refuse de faire le jeu des comparaisons et a bien évidemment donné beaucoup de crédit à ses coéquipiers.

«Cette année, j'ai l'impression que nous avons une si bonne équipe... Beaucoup de gars ont de grandes saisons, ce qui aide. C'est difficile à comparer. Je suis assurément content de la façon dont ça se passe jusqu'à présent.»