CF Montréal

«J’aimerais être dans le groupe de la mort» -Piette

Publié | Mis à jour

La qualification du Canada pour la Coupe du monde de soccer n’est pas une fin en soi pour Samuel Piette. 

Le Québécois veut que le Canada y fasse bonne figure et non pas qu’il se contente de jouer un rôle de figurant au Qatar. Piette pousse même l’audace jusqu’à dire qu’il aimerait que le Canada fasse partie du «groupe de la mort».    

«J’aimerais bien être dans le groupe de la mort et affronter de grandes nations comme la France, l’Espagne ou l’Angleterre», a-t-il lancé en entrevue à l’émission JiC, lundi, après «une courte nuit», de son propre aveu. 

«Ce que nous avons accompli est énorme et historique, mais je le sais que ce n’est que le début, a enchaîné Piette. Nous n’avons pas peur de rien. Pourquoi ne pas compétitionner contre les plus grands pays de ce sport et voir à quel point nous formons une bonne équipe? J’ai hâte au tirage. Nous sommes excités par cette qualification, mais l’objectif est de faire bonne figure à la Coupe du monde.»

Vingt-quatre heures plus tard, Piette n’était toujours pas redescendu de son nuage. 

«Je suis encore sur le high! C’est complètement fou ce qui s’est passé! C’était un moment incroyable et spécial. Je suis très honoré de faire partie de cette équipe», a-t-il déclaré, la voix éraillée par les célébrations de la veille à Toronto. 

Le milieu de terrain du CF Montréal a admis qu’il ne réalise pas encore l’ampleur de l’accomplissement.

«J’étais très ému après le match, et je le suis encore aujourd’hui. Les émotions sont différentes, mais je ne le réalise pas encore. La poussière va retomber tranquillement, on va le réaliser à mesure qu’on va approcher de la Coupe du monde.»

Comme une famille     

Selon Piette, c’est grâce à l’esprit de famille qui règne au sein de l’effectif que le Canada a décroché son laissez-passer pour la Coupe du monde, qui sera disputée du 21 novembre au 18 décembre.  

«Ce n’est pas l’histoire d’un seul joueur, mais de tous les joueurs appelés en sélection. Tout le monde a contribué à sa manière. John Herdman et son personnel ont fait un travail incroyable pour que tous les joueurs se sentent inclus. 

«On est une famille, on est proche les uns les autres. C’est grâce à ce lien de famille, de fraternité, qu’on a obtenu notre place.» 

Même s’il est blessé, Piette a pu assister à ce moment historique sur place, à l’invitation de Herdman. Un geste qu’il a grandement apprécié.

«John m’a envoyé un message pour me demander si je voulais venir. J’ai été touché de voir qu’il avait pensé à moi. Ce geste prouve qu’il pense à tous les acteurs et que nous sommes une famille.»

Par ailleurs, Piette a qualifié de «belle embauche» la nomination de l’ex-joueur de l’Impact Gabriel Gervais au poste de président et chef de la direction du CF Montréal. 

Voyez l’entrevue complète avec Samuel Piette dans la vidéo ci-dessus. Ci-dessous, notre analyste Patrice Bernier livre ses états d’âme sur la qualification du Canada pour la Coupe du monde.

Patrice Bernier à JiC -