Tennis

Félix Auger-Aliassime n’aura fait que passer sous le soleil

Publié | Mis à jour

Le Félix Auger-Aliassime confiant et dominant du début de saison n’aura pas été l’ombre de lui-même sous le soleil du sud des États-Unis. Après Indian Wells, le Québécois s’est à nouveau fait montrer la porte de sortie dès son premier match du Masters de Miami, samedi.

Comme ce fut le cas dans le désert californien il y a deux semaines, le septième favori a été abandonné par sa plus belle arme des derniers mois, sa première balle de service.

• À lire aussi: Tournoi de Miami: C’est aussi terminé pour Denis Shapovalov

À court de plan B, Félix n’aura tenu que durant 1 h 33 min face au Serbe Miomir Kecmanovic, qui l’a vaincu 6-4 et 6-2 dans ce match de deuxième ronde. Auger-Aliassime bénéficiait d’un laissez-passer au tour initial en vertu de son statut de tête de série.

L’un des joueurs en forme du moment, récent quart de finaliste dans le désert californien, Kecmanovic s’est vite régalé du passage à vide au service de son rival de 21 ans.

Cinq chances ratées

Dès le premier jeu du match, le 48e mondial a attaqué les secondes balles d’Auger-Aliassime, qui a dû effacer deux occasions de bris.

Ce n’était toutefois que partie remise. Le Serbe de 22 ans s’est repris dès 3-3, soutirant le service de la fierté de L’Ancienne-Lorette.

Le Québécois a bien eu une opportunité de niveler la marque au jeu suivant – il a eu pas moins de cinq chances de briser –, mais chaque fois, un Kecmanovic plus agressif est venu fermer la porte, pour finalement filer avec la manche.

Dans son impressionnant début de saison, marqué par le premier titre de sa carrière, Auger-Aliassime s’est rarement montré en manque de solutions. À Melbourne puis à Rotterdam, le neuvième mondial a renversé la vapeur face à des joueurs de la trempe du Croate Marin Cilic ou d’Andrey Rublev.

Un fait d’armes que le jeune joueur attribuait à la maturité acquise au fil de ses quelque quatre années sur le circuit ATP.

Mais samedi, le Québécois n’est jamais parvenu à solutionner l’énigme Kecmanovic, qui s’est rapidement enfui avec la seconde manche, brisant deux fois son adversaire.

Dans la défaite, Félix n’a remporté que 62 % des points disputés sur son premier service et 42 % sur sa deuxième. Le champion de Rotterdam s’est aussi montré coupable de 29 fautes directes, soit presque le double de ses 16 coups gagnants.

Un second top 10

Cette victoire est la seconde de Kecmanovic contre un top 10 en deux semaines. À Indian Wells, dans sa route vers les huit derniers, il s’était offert l’Italien Matteo Berrettini, sixième mondial.

Quant à Félix, il retournera maintenant à Monte-Carlo, où il se disputera à compter du 11 avril le premier Masters sur terre battue de la saison, en préparation pour Roland-Garros.