Canadiens de Montréal

Des célébrations «en orange» pour les peuples autochtones

Publié | Mis à jour

Une vague orange a envahi le Centre Bell lors de la période d’échauffement avant le duel opposant le Canadien de Montréal aux Maple Leafs de Toronto, samedi.

Dans le cadre de la toute première Soirée de célébration des peuples autochtones organisée par l’organisation de la Belle Province, les patineurs du Canadien ont enfilé un uniforme orange, conçu par l’artiste mohawk Thomas Deer, au moment de sauter sur la glace, avant le début du match. La couleur orange, utilisée depuis 2013 lors de la «Journée du chandail orange», sert à sensibiliser et éduquer la population à l’égard du système de pensionnats indiens et son impact sur les survivants, leurs familles et les communautés autochtones.

Plusieurs éléments sur le chandail ont été pensés afin d’honorer les peuples autochtones, dont le wampum à deux rangs mauve et blanc, près du logo, qui symbolise la coexistence et le respect mutuel entre les peuples autochtones et européens.

La chaîne d’alliance, sur l’épaule droite des uniformes, représente la longue tradition d’alliances entre les Premières nations et les colons européens. La flèche, sur l’autre épaule, et le motif de poterie, sur le logo, sont aussi des éléments honorant les peuples autochtones. Les chandails portés par les joueurs seront d’ailleurs mis à l’encan et les profits récoltés seront remis à deux organismes œuvrant auprès des jeunes autochtones de la province.

Le Canadien a aussi profité de cette journée pour diffuser une vidéo longue de plusieurs minutes sur son compte Twitter, mettant en vedette Carey Price, qui se remémore plusieurs souvenirs de jeunesse. L’homme masqué possède des racines autochtones puisque sa mère, Lynda, est une ancienne chef de la Première nation ulkatcho de la Colombie-Britannique.

Une ambiance de fête

Pour l’occasion, le Tricolore a invité plusieurs chefs de Nations, des aînés et des membres de différentes communautés autochtones du Québec au match, mais aussi des artistes autochtones, afin que ceux-ci performent.

C’est ainsi que le spectacle d’avant-match a mis en vedette le DJ Boogey The Beat, alors que l’hymne national a été interprété en trois langues, soit en cri, en français et en anglais, par Pakesso Mukash, un membre de la Nation crie d’Eeyou Istchee.

Une panoplie de chansons autochtones ont aussi pu être entendus tout au long du match.