Crédit : MARTIN ALARIE / AGENCE QMI / JOURNAL DE MONTREAL

Boxe

Artem Oganesyan veut surmonter l’adversité

Publié | Mis à jour

Après plus d’un an sans se battre, Artem Oganesyan montera enfin dans le ring, samedi au Casino de Montréal. Cette longue période d’inaction, passée en partie en Russie, n’inquiète toutefois aucunement son entraîneur Marc Ramsay.

Ayant choisi de rentrer chez lui pendant la pandémie de COVID-19, le retour d’Oganesyan (12-0-0, 10 K.-O.) au Québec n’a pas été facile. Les vaccins disponibles en Russie n’ont pas été autorisés au Canada, de sorte qu’il a dû voyager un peu en Europe pour se faire inoculer.

En ajoutant deux galas annulés – le 21 novembre 2020 à Rimouski et le 21 mai 2021 à Moscou –, 16 mois se sont écoulés depuis son dernier combat, le 2 novembre 2020 contre Alexandr Zhuravskiu au Belarus. Il ne s’est pas battu en sol québécois depuis le 25 octobre 2019.

Toutefois, pour Ramsay, la situation n’est pas différente à une longue blessure. Il estime qu’Oganesyan a les outils pour surmonter l’adversité.

«La cerise sur le sundae, c’est qu’il a une éthique incroyable, a lancé Ramsay, mardi, lors d’un entraînement médiatique. Comme "coach", tu n’as pas l’impression de perdre ton temps.»

Travailler intelligemment

Oganesyan non plus n’a pas l’impression de perdre son temps avec l’équipe de Ramsay. Récemment installé à Montréal, il croit être prêt pour ce premier combat depuis le début de son association avec son nouvel entraîneur.

Et il n’a certainement pas chômé en Russie, indiquant s’être entraîné chaque jour pendant qu’il attendait impatiemment un retour en action.

«Je pense que, premièrement, je suis maintenant très heureux d’être de retour à Montréal, a lancé le pugiliste de 22 ans dont l’apprentissage de la langue de Shakespeare se poursuit. J’ai une bonne équipe basée, je pense, sur du travail acharné et intelligent. Je n'en peux plus d'attendre samedi pour pouvoir le montrer et le prouver.»

La clé

Oganesyan devra rapidement chasser la rouille, puisqu’il se mesurera au Néerlandais Stephen Danyo (20-4-3, 7 K.-O.) dans un combat pour le titre NABF des poids super-mi-moyens.

Deux des quatre défaites de Danyo ont été encaissées aux mains de protégés d’Eye of the Tiger Management (EOTTM), soit Custio Clayton et Sadriddin Akhmedov. Chaque fois, les juges ont tranché de façon unanime.

Âgé de 32 ans, le visiteur souhaite miser sur son expérience chez les professionnels pour prendre l’ascendant sur Oganesyan.

«Mon avantage du côté de l’expérience sera une clé, a-t-il avancé. Et bien sûr, je vais apporter quelque chose de nouveau que vous n’aurez pas vu de moi. J’ai eu un bon camp complet, alors j’ai hâte.»

«Artem est un bon combattant. Beaucoup d’expérience chez les amateurs. Mais la boxe professionnelle est différente. Bien des choses viennent avec elle. J’ai hâte de voir ce qu’il peut mettre sur la table chez les pros.»

Oganesyan l'emporte par T. K.-O. contre Mares - TVA Sports