Crédit : Andre Viau / LES ARCHIVES / LE JOURNAL DE MONTREAL

MLB

Une amitié improbable avec Jeff Fassero

Publié | Mis à jour

Le Québécois Éric Gagné avait 15 ans quand Jeff Fassero a fait ses débuts dans le baseball majeur, en 1991, dans l’uniforme des Expos. Aujourd’hui, ces deux anciens lanceurs habitent à Scottsdale, en Arizona. Très bons amis, ils voyageront sur le même vol pour venir à Laval, ce week-end, dans le cadre de l’Expos Fest.

«Nous habitons à environ cinq minutes l’un de l’autre et à l’origine, ce sont nos épouses qui étaient de très bonnes amies. C’est comme ça que j’ai rencontré Heather, explique sommairement Gagné. Je me souviens que j’étudiais à l’école secondaire Édouard-Montpetit et que j’allais au Stade olympique quand Jeff lançait pour les Expos. Jamais de la vie, j’aurais imaginé à ce moment-là qu’il deviendrait un jour un ami aussi proche. On se voit environ deux à trois fois par semaine.»

«Je connaissais déjà un peu Éric comme adversaire, mais nous n’avons jamais joué ensemble, raconte pour sa part Fassero, qui a évolué pour un total de neuf équipes durant sa carrière dans les grandes ligues. Nous nous sommes connus un peu mieux quand on jouait encore, il y a plus de 15 ans... On s’était retrouvé dans un cours de Ja Shin Do, en Arizona. C’est une forme d’arts martiaux mixtes qu’on pratique dans un sauna. Après la première séance, j’étais certain qu’Éric allait repartir en ambulance tellement il faisait chaud.»

Le receveur Russell Martin était aussi présent à ce fameux cours dirigé par Andy Bauman, aujourd’hui décédé. Celui-ci avait pour clients des athlètes souhaitant maintenir leur forme physique durant la saison morte.

«Je m’en souviens et il faisait vraiment chaud», confirme Gagné, riant de bon cœur en validant l’anecdote.

Une carrière de 16 saisons

Pendant que Gagné était encore adolescent, Fassero avait donc 28 ans quand il a joué son premier match au Stade olympique, le 4 mai 1991. Ayant longtemps œuvré dans les ligues mineures dans l’organisation des Cardinals de St. Louis, le lanceur gaucher se dit reconnaissant envers les Expos qui ont finalement cru en lui. Si le congédiement de Buck Rodgers au profit de Tom Runnells concorde avec une utilisation plus fréquente à Montréal, Fassero identifie Jerry Manuel, gérant de la filiale AAA quand il s’est joint aux Expos, comme celui qui lui a fait confiance.

«À 27 ou 28 ans, j’avais eu une discussion avec celle qui est devenue ma femme [Cathy] et nous avions décidé que je devais essayer encore», se souvient Fassero.

Le pari a été remporté haut la main, car Fassero a finalement joué durant 16 saisons dans le baseball majeur, soit jusqu’à ses 43 ans. Son séjour à Montréal, au cours duquel le gérant Felipe Alou a eu le flair de le transformer de releveur en partant, a par ailleurs été de 1991 à 1996.

Vacances familiales

Toujours heureux avec Cathy, le couple a trois enfants : Trevor (30 ans), Blake (28) et Chelsea (25). Il y a quelques années, la famille Fassero était venue à Montréal pour passer les vacances de Noël.

«Je voulais montrer la ville aux enfants et il me faisait aussi plaisir de revenir», affirme Fassero, qui jouait justement pour les Expos quand ses trois enfants sont nés aux États-Unis.

À cette période de l’année, l’ancien lanceur observe, par contre, qu’il faisait beaucoup moins chaud à Montréal qu’en Arizona. Et encore moins que pendant un cours d’arts martiaux mixtes dans un sauna. Parlez-en à Éric Gagné!

Autant Fassero que Gagné espèrent un jour le retour du baseball majeur, à Montréal, malgré l’abandon du projet de villes-sœurs impliquant les Rays de Tampa Bay.

«Montréal mérite une deuxième chance, dit Gagné. Ce serait bien pour les jeunes du Québec de vivre un retour des Expos. Sans les Rays, c’est peut-être pour le mieux, avec ce qui serait un club à temps plein.»

- À propos de l’Expos Fest, la soirée caritative mettant en vedette plusieurs anciens joueurs de baseball affiche complet. Il demeure possible de participer à la collecte de fonds afin d’amasser des sous pour la recherche sur les tumeurs cérébrales chez les enfants en participant à un encan en ligne : exposfest.encanpro.ca.

Souvenirs de Darrin Fletcher et... de Gary Carter

En s’amenant à Montréal pour participer à l’Expos Fest, le dimanche 27 mars, l’ancien lanceur Jeff Fassero a l’impression de souffler sur la poussière pour mieux replonger dans un vieil album-souvenir.

S’il retrouvera plusieurs membres de la fameuse édition de 1994 à l’événement, soit Sean Berry, Denis Boucher, Cliff Floyd et Rondell White, le gaucher se souvient aussi des différents receveurs qu’il a côtoyés.

Son principal complice aura été Darrin Fletcher, mais celui-ci, qui devait aussi être à la soirée caritative, doit finalement subir une intervention chirurgicale à un genou cette semaine. Dur, dur, le métier de «catcher»!

«J’ai été chanceux avec les Expos de compter sur d’aussi bons receveurs, dit Fassero. Dans le cas de Fletcher, il est un gars de l’Illinois comme moi. On s’entendait bien. Fletcher avait aussi une bonne relation avec [le gérant] Felipe Alou et il m’aidait à comprendre le jeu et les stratégies.»

«Une personne magnifique»

Durant une saison, soit en 1992, Fassero a aussi eu le bonheur de travailler avec le légendaire Gary Carter derrière le marbre.

«On le savait que c’était un futur membre du Temple de la renommée, a noté Fassero, regrettant le décès de son ancien coéquipier survenu en 2012 à seulement 57 ans. Gary Carter, ce n’était pas seulement un bon joueur de baseball, c’était une personne magnifique. Il avait déjà pris sa retraite, mais son passage avec nous avait laissé des traces. Indirectement, je suis persuadé qu’il nous avait aidés à connaître du succès en 1993 et 1994.»

Comme ses coéquipiers de 1994 et de nombreux amateurs, Fassero croit que les Expos, n’eut été du conflit de travail, auraient très bien pu remporter la Série mondiale cette année-là. Or, la fin de ce chapitre ne s’écrira jamais.