Canadiens de Montréal

Justin Barron: un potentiel top 4

Publié | Mis à jour

Joe Sakic a résumé sa transaction pour acquérir Artturi Lehkonen de la plus simple des façons : « Pour recevoir un bon joueur, vous devez en donner un bon ».

Le directeur général de l’Avalanche a sacrifié l’un des joyaux de son organisation en Justin Barron pour attirer Lehkonen vers les montagnes du Colorado.

• À lire aussi: CH: Justin Barron est un défenseur très fiable, selon Alexis Gravel 

• À lire aussi: Gorton et Hughes se prononcent sur plusieurs joueurs

• À lire aussi: «Pour recevoir, vous devez donner» - Joe Sakic

Dans les bureaux de l’Avalanche, on considérait Barron comme le plus bel espoir de l’équipe après Alex Newhook et Bowen Byram, deux joueurs qui ont déjà leur place dans le vestiaire. 

Sakic avait déjà échangé son choix de premier tour pour le prochain repêchage, afin d’obtenir le gardien Darcy Kuemper, l’été dernier, des Coyotes de l’Arizona. Le DG a donc regardé en direction de Barron, le 25e choix au total de 2020, pour convaincre Kent Hughes de laisser partir Lehkonen. 

« Une bonne prise »  

« Justin a le potentiel pour devenir un top 4 dans la LNH, a prédit le directeur général des Mooseheads de Halifax, Cam Russell. J’y crois à 100 %. Il a la rapidité, la taille, l’intelligence et l’endurance. On parle d’un bon défenseur et d’un bon jeune homme. Le Canadien a réalisé une bonne prise. »

Russell n’est pas complètement impartial. Dans son rôle de DG dans la LHJMQ, il a vu Barron grandir au sein de son organisation. Mais cette prédiction d’un futur top quatre ne s’arrête pas uniquement à l’homme de hockey des Mooseheads. 

« J’y crois aussi à un rôle parmi l’une des deux premières paires dans une équipe de la LNH pour Barron, a dit un recruteur amateur d’une équipe de l’Association de l’Ouest. Il transporte bien la rondelle et il a un coup de patin qui lui permet de manger de grosses minutes. Il ne brûle pas d’énergie en se déplaçant. Il mesure 6 pi 2 po, il a un bon gabarit, il est droitier, il est intelligent et mature. Il a les qualités pour devenir un défenseur fiable dans la LNH. À mes yeux, il ne peut pas manquer son coup. »

« Je l’imagine dans le futur comme un Jason Demers, mais comme un plus beau patineur, a-t-il renchéri. Jason a connu de très belles saisons à San Jose. À Montréal, Justin arrivera dans une équipe qui fera de la place aux jeunes. Et avec Martin St-Louis, le CH joue avec du rythme et l’équipe a besoin de rapides patineurs. Ils ne seront pas déçus avec Justin. »

Déjà un pro  

Repêché au premier tour de 2020 par l’Avalanche, Barron a déjà fait le saut chez les professionnels cette saison, en raison de sa date de naissance tardive (15 novembre 2001). À ses premiers pas avec les Eagles du Colorado, il avait donc seulement 19 ans. 

Malgré son jeune âge, Barron a produit à un bon rythme dans la Ligue américaine, obtenant 20 points (5 buts, 15 passes) en 43 matchs, en plus de maintenir un dossier de +10. 

« Il connaît un très bon départ chez les pros, a dit un recruteur professionnel d’une équipe de l’Association de l’Est. Il a bien joué à son premier camp à Denver. Avec les Eagles, il était l’un des rares jeunes à obtenir de la glace. Il avait déjà un rôle dans le top 4 avec les Eagles. Il a de bons chiffres, il a du temps de jeu en supériorité numérique. Sa courbe de progression est très intéressante. » 

Un caillot de sang  

En 2019-2020, Barron avait joué de malchance. 

« Justin a probablement glissé un peu l’année de son repêchage en raison de son caillot de sang dans un bras, a rappelé un recruteur de l’Ouest. Ça pouvait faire peur à certaines équipes. Il avait manqué près de la moitié de la saison. 

« Quand tu ne joues pas beaucoup, ton rang de sélection en souffre toujours. C’est un jeune homme très mature pour son âge. Il a la tête d’un pro. »