Quebec

Photo : Sébastien Bouchard a montré une belle énergie à l’entraînement hier et déborde d’enthousiasme avant de remonter dans l’arène. Crédit : Photo Stevens LeBlanc

Boxe

Boxe: Sébastien Bouchard vivra un premier duel en un an

Publié | Mis à jour

Dans les dernières années, le mauvais sort a collé à la peau de Sébastien Bouchard. Plusieurs boxeurs auraient balancé les gants, mais l’idée d’abandonner un combat n’a jamais été compatible avec sa mentalité de guerrier.

Vendredi, Bouchard (19-2, 8 K.-O.) récoltera le fruit de sa résilience lorsqu’il montera entre les câbles au Colisée Vidéotron de Trois-Rivières face au Mexicain Ricardo Lara (22-9, 10 K.-O.), sur la carte de GYM qui mettra en vedette Mikaël Zewski.

Crédit photo : Photo Stevens LeBlanc

Le pugiliste de Baie-Saint-Paul n’a pas eu l’occasion de se battre depuis le 16 mars l’an dernier. Entre-temps, trois de ses combats ont été annulés, dont un le jour même et un autre à six jours d’avis.

Dans les années précédentes, la guigne s’est aussi acharnée sur lui. Des blessures, dont une rupture d’un tendon dans chacun de ses biceps, l’ont aussi forcé à l’inactivité. Pas besoin de préciser que vendredi, Bouchard aura le couteau entre les dents.

« Je vais être très content au premier son de cloche. On va toucher du bois, mais à date, mon corps va bien », a-t-il lancé en souriant, lors d’une rencontre à l’entraînement, à l’Empire Académie.

En dépit des obstacles, Bouchard n’a toujours eu qu’une idée en tête. Chaque fois, repartir à zéro, garder la tête haute et les yeux rivés vers l’objectif.

Crédit photo : Photo Stevens LeBlanc

« C’est ça, mon amour pour la boxe. Depuis que je suis chez les pros, c’est embûche par-dessus embûche. J’ai l’impression que je n’ai pas atteint mon plein potentiel. On veut y arriver et tout le monde pousse dans le même sens. On nage contre la vague, mais on va finir par passer par-dessus », a dit le boxeur de 34 ans. 

« J’ai l’impression que je ne suis pas rendu au bout du chemin », a-t-il ajouté. 

Un titre dans la mire

Pour Bouchard, le combat de vendredi se veut une étape pouvant le conduire dans un avenir rapproché à une opportunité pour un titre intercontinental. 

Crédit photo : Photo Stevens LeBlanc

« Une fois dans le top 15, tu es à un coup de téléphone d’une défense optionnelle pour un championnat du monde. Je pense que c’est possible qu’on vive ce moment toute l’équipe ensemble », a-t-il indiqué.

« Au hockey, un club de la Ligue nationale qui va jouer contre un club midget, tu sais qu’il va gagner 40 à 0. En boxe, j’ai beau me battre contre Errol Spence Jr. et être négligé à 40 contre un, tu es toujours à un coup de poing de renverser les pronostics. C’est la beauté du sport. »

Objectif K.-O.

Pour l’instant, Bouchard demeure concentré sur « Riky » Lara.

Crédit photo : Photo Stevens LeBlanc

« C’est un bon adversaire qui va me faire progresser. On ne sait pas comment il va se présenter. Il est venu à quelques reprises au Québec et n’a pas bien paru, mais il a aussi livré des combats très serrés. Une chose est sûre, je suis vraiment prêt. On a modifié un peu mon approche de combat et on a un bon plan de match. On n’en dira pas trop, mais la réalité, c’est qu’on veut le mettre K.-O. » 

Enfin un gala sous le signe de la normalité  

Jean Pascal contre Steve Bossé
Crédit photo : Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin

Les longs mois de pandémie ont été ardus pour les promoteurs de boxe au Québec, mais vendredi à Trois-Rivières, c’est un gala de boxe presque normal qui sera présenté.

« Ce sera le premier gala sans qu’on doive soumettre un plan de restrictions sanitaires autres que le port du masque et la distanciation d’un mètre dans les vestiaires. Ce n’est rien de trop prenant. »

« Pas de test COVID, ni de bulle, c’est la première fois qu’on vit ça depuis notre événement de novembre 2019 au Centre Vidéotron », s’est réjoui Yvon Michel, présent à Québec pour l’entraînement de son poulain Sébastien Bouchard.

Michel s’attend à accueillir entre 3000 et 4000 spectateurs au Colisée Vidéotron. Mieux encore, pour la première fois depuis plus de deux ans, il n’entrevoit pas de barrière à l’horizon.

« Le plus positif, c’est qu’on a maintenant un calendrier d’événements devant nous et qu’on pense qu’on sera capable de réaliser nos objectifs. Dans nos derniers événements, après coup, on ne pouvait jamais savoir où on s’en allait. On sent de l’enthousiasme chez nos boxeurs et chez tous les gens qui travaillent avec nous », s’est-il extasié.

« On a senti dès le moment qu’on a pu annoncer la vente de billets un enthousiasme pour supporter nos boxeurs. »

Des plans pour « Boutch »

Quant à Bouchard, Yvon Michel estime que sa patience inébranlable sera bientôt récompensée.

« Notre seul plan avec lui depuis deux ans était d’essayer de rester actifs. Maintenant, « Boutch » devrait boxer de nouveau en juin, si tout va bien. Vendredi, il vivra un bon test. Il a besoin d’un combat pour retrouver ses repères et après, on ne perdra pas de temps avec lui. On aimerait revenir à Québec dans un combat déterminant pour la carrière de Sébastien. Il mériterait de vivre ça chez lui », a laissé entendre le promoteur, qui prévoit un tel événement cet automne.