Crédit : Photo Martin Chevalier

Canadiens de Montréal

Kevin Poulin gagne des points chez le Rocket

Publié | Mis à jour

Avec le gardien québécois Kevin Poulin devant le filet, le Rocket de Laval a réduit au silence l’attaque des Canucks d’Abbotsford pour mettre fin à sa courte série de deux défaites, samedi après-midi, l’emportant 3 à 0 devant ses partisans réunis à la Place Bell.

Les hommes de Jean-François Houle avaient été vaincus 4 à 2 par le club-école des Canucks de Vancouver la veille. La vengeance a été douce pour le Rocket et surtout pour Poulin, qui était à nouveau devant le filet.

Le portier québécois n’avait pas enregistré de jeu blanc dans la Ligue américaine de hockey (LAH) depuis la saison 2015-2016, alors qu’il portait les couleurs du Heat de Stockton. Poulin n’a pas trop eu à forcer son talent, lui qui n’a fait face qu’à 15 lancers, dont seulement deux en première période.

«Tu ne peux jamais prédire combien de tirs tu vas accorder. La solution normale aurait été de séparer les matchs, mais avec Primeau qui a été rappelé d’urgence, c’était dur à faire, a expliqué Houle, en conférence de presse, après la rencontre. “Pou” a fait du beau travail pendant ces matchs consécutifs. Notre défensive a bien joué devant lui.»

Avec la blessure d’Andrew Hammond, Cayden Primeau a dû rapidement se rapporter au Canadien de Montréal, ce qui a limité les options entre les poteaux de l’entraîneur-chef. Heureusement, Houle peut compter sur Poulin, le gardien du mois de février dans la LAH. Avec le Rocket, le vétéran de 31 ans a montré une fiche de 9-4-1, une moyenne de buts alloués de 2,25 et un taux d’efficacité de ,925.

Malgré ses excellentes statistiques, il faut rappeler que Poulin ne peut pas être rappelé par le Tricolore. En effet, l’ancien des Islanders de New York est sous contrat à deux volets, mais entre la LAH et l’ECHL.

Une réplique agréable

C’est lors de ce premier engagement morne pour les Canucks que Laval a le plus bourdonné. Dix-sept lancers ont été dirigés vers la cage de Michael DiPietro, qui a cédé devant le laser décoché par Kevin Roy. Le Rocket a bien bougé la rondelle en avantage numérique et le natif de Greenfield Park a eu tout le temps du monde pour viser la partie supérieure.

En troisième période, les Canucks ont tenté de déjouer Poulin en postant plus d’hommes devant lui, ce qui a ouvert la porte à Jesse Ylönen sur un deux contre un. Jean-Sébastien Dea a complété la marque dans un filet désert après s’être fait complice des deux premières réussites du Rocket.

«Les gars ont travaillé fort. On savait qu’il fallait rebondir, a assuré Dea. Dernièrement, on a échappé une couple de “games”. Les partisans le méritaient et nous aussi.»

«Hier [samedi], c’était une bonne ronde de golf comme on dit, mais ça fait du bien au moral aujourd’hui, a-t-il ajouté avec le sourire. Notre ligne au complet a super bien joué. On a eu des chances de marquer et c’est le “fun” de contribuer à des victoires comme ça.»

Le club affilié au Canadien profitera d’un congé d’une journée avant de recevoir la visite des Thunderbirds de Springfield, lundi.