Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Boxe

Mikaël Zewski : «le plus important, c’est la santé, la famille, la vie...»

Publié | Mis à jour

Bien heureux de l’identité de son nouvel adversaire, le boxeur québécois Mikaël Zewski n’est pas moins rempli de compassion pour l’Ukrainien Serhii Bohachuk qui a dû se désister en vue du gala du 25 mars, à Trois-Rivières, afin de rester dans son pays natal pour combattre l’invasion par la Russie.

«Nous sommes un peu dans notre petite bulle à nous, a convenu Zewski, vendredi, au moment de commenter le combat de 10 rounds qui l’opposera finalement au Mexicain Carlos Ocampo Manriquez. Je n’ai pas le choix d’avoir une vision tunnel si je veux me concentrer sur mon combat du 25 mars.»

Des images de la guerre en Ukraine, Zewski en a déjà vues des tonnes, mais il tente de s’en détacher présentement. Quand il a su pour Bohachuk, le Québécois, père de deux enfants, a toutefois mis les choses en perspective et offert son support à son rival ukrainien.

«Le plus important, c’est la santé, la famille, la vie..., a étalé Zewski, en livrant ainsi l’essentiel du message envoyé à Bohachuk en début de semaine. Il m’a remercié pour le support et on a espéré que tout se règle pour qu’on puisse s’affronter ensuite. Ce n’est pas seulement lui, c’est tout le peuple ukrainien qui vit ce drame.»

«C’est probablement la meilleure raison de l’histoire pour annuler un combat, a pour sa part mentionné le promoteur Yvon Michel, durant la visioconférence de vendredi. C’est une guerre terrible qui se passe là-bas et nos pensées sont avec le peuple ukrainien.»

Grimper dans les classements

En anglais, on dit «the show must go on», à tort ou à raison... C’est ainsi qu’on a trouvé un nouvel opposant pour Zewski (35-2, 23 K.-O.). Et pas n’importe lequel! Classé huitième par la WBO, Carlos Ocampo Manriquez (32-1, 20 K.-O.) pourrait également permettre au Québécois de grimper dans les classements mondiaux advenant une victoire. C’est justement ce que lui offrait Bohachuk

«J’avais dit à ma conjointe et à mon père que si ce n’était pas Bohachuk, je ne me battrais pas, a confié Zewski. Je doutais qu’on puisse trouver un autre adversaire de cette qualité-là...»

Le duel entre Zewski et son adversaire mexicain mettra d’ailleurs à l’enjeu le titre WBC Continental des Amériques chez les super mi-moyens. Il s’agit seulement d’un deuxième combat en carrière pour Zewski dans cette catégorie de poids.

«Ce n’est pas un grand changement au niveau stratégique, c’est un autre boxeur qui fonce par en avant», a souligné Zewski, à propos d’Ocampo Manriquez.

Les ressources requises

Concernant Yvon Michel, il a révélé que le Mexicain, pour avoir accepté le combat à quelques semaines d’avis, sera d’ailleurs payé plus cher que ce qui devait être versé à Bohachuk.

«On a voulu mettre les ressources requises parce qu’on croit en Mikaël», a expliqué le promoteur, confiant que Zewski, 33 ans, pourrait éventuellement se battre pour un titre de champion du monde.

- La seule défaite en carrière subie par Carlos Ocampo Manriquez est survenue en 2018, dans un combat pour le titre IBF des moyens face à l’actuel champion, Errol Spence fils.



Un premier gala au Colisée Vidéotron de Trois-Rivières

Le combat devant opposer Mikaël Zewski à Carlos Ocampo Manriquez se tiendra dans le cadre du premier gala de boxe présenté au nouveau Colisée Vidéotron de Trois-Rivières. Zewski sera ainsi chez lui, en Mauricie.

«Je suis allé aux Lions plusieurs fois. C’est neuf, c’est beau, c’est classe», a qualifié Zewski, en faisant référence au club de hockey de la ECHL évoluant au Colisée Vidéotron.

Présent à la visioconférence de jeudi, Mark Weightman, président et chef de la direction des Lions, s’est justement montré fébrile. Le promoteur Yvon Michel envisage pour sa part de faire du Colisée Vidéotron «un arrêt obligatoire et régulier» pour la boxe.

Dans un monde idéal, on souhaite remplir l’amphithéâtre et vendre 5000 billets pour la soirée du 25 mars.

Avant la finale entre Zewski et Carlos Ocampo Manriquez, Arthur Byarslanov (9-0, 7 K.-O.), Sébastien Bouchard (19-2, 8 K.-O.), Alexis Barrière (4-0, 3 K.-O.) et Marie-Pier Houle (5-0-1, 2 K.-O.) seront notamment de la sous-carte.

«Un honneur de boxer chez nous»

Houle, qui est originaire du secteur Cap-de-la-Madelaine, est aussi heureuse de ce gala organisé à Trois-Rivières.

«Pour moi, c’est un honneur de pouvoir boxer chez nous, je suis excitée, j’ai hâte», a-t-elle indiqué en vue de son combat qui l’opposera à une ancienne championne de kickboxing, la Serbe Valentina Keri (5- 5, 0 K.-O.).

Dans le cas de Houle, la boxeuse est de retour en action plutôt rapidement, elle qui était dans le ring le 24 février. Elle l’avait alors emporté par décision face à Yamila Esther Reynoso dans un duel de six rounds.

- Rappelons qu’un autre gala du Groupe Yvon Michel est d’abord prévu le 11 mars au Cabaret du Casino de Montréal. La finale de l’événement opposera alors Kim Clavel (14-0-0, 2 K.O.) à la Bolivienne Mariela Ribera Valverde (11-6-0, 8 K.O.), pour le championnat de la WBC Silver.