Photo : Jesse Luketa a tout le potentiel pour être sélectionné lors du deuxième jour du repêchage, lors duquel ont lieu les rondes 2 et 3. Crédit : Photo d'archives, AFP

NFL

Jesse Luketa, un autre Canadien aux portes de la NFL

Publié | Mis à jour

INDIANAPOLIS | «Nous, les joueurs canadiens, sommes maintenant partout. On est en train d’envahir la NFL!», a fièrement lancé Jesse Luketa lors de sa rencontre avec les médias, vendredi, au Combine à Indianapolis. 

Le joueur provenant d’Ottawa en a mis un peu épais pour le bien du spectacle, mais à bien y penser, celui qui évolue autant comme secondeur que comme ailier défensif n’a pas totalement tort.  

Depuis 2011, au moins un joueur canadien a été sélectionné au repêchage chaque année. Au total, ce sont 21 joueurs provenant du pays qui se sont greffés au circuit Goodell durant cette période, sans compter ceux qui ont fait leur place comme agents libres. 

«C’est bien qu’au Canada, on se retrouve enfin sous les projecteurs. Il y a beaucoup de talent et nous commençons enfin à recevoir les mêmes opportunités que les autres. C’est cool parce qu’entre joueurs canadiens, on forme un groupe tissé serré», a-t-il dit. 

Né à Ottawa d’une mère qui a immigré du Congo, Luketa est classé comme meilleur espoir en vue du repêchage de la Ligue canadienne, mais c’est manifestement dans la NFL qu’il amorcera sa carrière professionnelle la saison prochaine. 

Crédit photo : Photo d'archives, AFP

Sans position

L’analyste du repêchage à NFL Network, Daniel Jeremiah, mentionnait avant le Combine lors d’une audioconférence qu’il percevait Luketa comme un choix de troisième ronde.  

«Il est un joueur très polyvalent. Il s’agit de parler aux entraîneurs dans la ligue pour voir qu’actuellement, la tendance est aux joueurs sans position définie. Il peut faire beaucoup, notamment en pourchassant le quart-arrière», a-t-il indiqué. 

Il fut une époque pas si lointaine où un joueur sans position claire semait le doute. Aujourd’hui, l’émergence de plusieurs secondeurs hybrides fait en sorte de rendre un joueur comme Luketa encore plus attrayant. 

«Je me vois comme une partie d’un jeu d’échecs», a illustré Luketa lors de sa séance médiatique.  

«Ça devient difficile pour une attaque d’établir un plan de match face à des joueurs aussi dynamiques, qui peuvent amener plus d’une facette dans leur jeu. C’est là où notre sport s’en va et en Jesse Luketa, une équipe n’obtiendra pas une position précise, mais un joueur de football qui peut accomplir une multitude de choses», a poursuivi M. Jeremiah. 

Joueur productif

En quatre saisons à Penn State, Luketa a accumulé 151 plaqués, dont 11,5 pour des pertes, en plus de rabattre six passes. Avec le départ de Micah Parsons, qui s’est vite illustré avec les Cowboys dans la NFL en s’appropriant le titre de recrue défensive de l’année, Luketa a pris plus de place. Il a même inscrit un touché sur un retour d’interception. 

Lors du récent Senior Bowl, il a eu l’occasion de démontrer son potentiel pour pourchasser le quart-arrière et n’a pas raté sa chance de se faire remarquer, avec deux sacs.  

«Je suis confortable à l’idée de jouer comme ailier défensif ou secondeur, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur. C’est sûr que pour atteindre mon plein potentiel, je me vois avant tout à l’extérieur», a mentionné le costaud bonhomme de 6 pi 2 po et 261 lb. 

«Au final, je suis un joueur défensif. Mon seul but, c’est de devenir le joueur le plus perturbateur sur le terrain.» 

Kayvon Thibodeaux remet les pendules à l’heure  

Crédit photo : Photo AFP

INDIANAPOLIS | Pendant de longs mois, l’ailier défensif Kayvon Thibodeaux a été considéré comme le potentiel premier choix au total du repêchage. Depuis, certains remettent en cause son dévouement pour son sport et estiment qu’il pourrait glisser. 

Le chasseur de quarts de l’Université de l’Oregon a tenu à remettre les pendules à l’heure lors de son tour au micro, au Combine. 

Sur le terrain, la productivité de Thibodeaux ne laisse personne indifférent. En 30 matchs répartis sur trois saisons, il a brillé avec 19 sacs du quart et 35,5 plaqués pour des pertes.  

Pourtant, les rumeurs disant que son éthique de travail pourrait laisser à désirer se font de plus en plus persistantes. Au fil de la saison, c’est plutôt l’ailier défensif de Michigan Aiden Hutchinson qui s’est hissé au rang de potentiel premier joueur défensif à être sélectionné. 

Crédit photo : Photo d'archives, AFP

«Je ne pense pas que j’ai eu à convaincre les équipes lors de mes entrevues, mais c’est le narratif des médias. Si vous saviez toute l’adversité que j’ai vécue et les choses que j’ai dû sacrifier, tout le monde comprendrait vraiment ce qu’il y a dans mon cœur.  

«Quand vous remettez en doute le feu en moi, ma passion, ça me rend émotif juste d’y penser. Je sais tout ce que ça m’a pris pour atteindre ce niveau», a-t-il martelé. 

Entrevue avec les Giants

Même s’il a mentionné que les équipes n’ont pas remis en doute sa passion, Thibodeaux a quand même cité en exemple son entrevue avec les Giants, qui détiennent le cinquième choix au total. 

«Ç’a été une bonne entrevue, mais ils ont été très durs avec moi. Ils voulaient savoir comment j’allais réagir dans un gros marché comme New York si après cinq matchs je ne suis pas une grande vedette, que je n’ai aucun sac du quart et que tout le monde est sur mon dos. 

«Je suis dans les médias depuis que je suis au secondaire. J’ai été entraîné à vivre de telles situations. Je pense juste que de telles entrevues, c’est un peu comme un grand frère qui m’aime et veut mon bien, mais qui me pousse durement», a-t-il réagi. 

Thibodeaux a mentionné qu’il modulait son jeu autour de celui de vétérans de la NFL comme Von Miller et Jadeveon Clowney. 

«Avec quelqu’un d’intelligent comme moi, il y a tellement d’éléments positifs que des gens doivent chercher le négatif. Je ne m’en préoccupe pas. Je suis un vrai étudiant du football et j’adore la game.» 

À voir aussi   

Les moments mémorables de la carrière du légendaire Tom Brady -