x

Photo : L’Union internationale de patinage a accepté la demande du comité organisateur de repousser de trois semaines la présentation du championnat mondial. En photo, le directeur général de la Fédération de patinage de vitesse du Québec, Robert Dubreuil. Crédit : Photo d’archives

Patinage

Le championnat mondial courte piste déplacé en avril

Publié | Mis à jour

Le championnat mondial de patinage de vitesse courte piste se déroulera du 8 au 10 avril à Montréal.

L’International Skating Union (ISU) a accepté que le championnat mondial prévu du 18 au 20 mars soit déplacé. Une dernière rencontre de validation aura lieu ce matin et les dirigeants de l’ISU amèneront par la suite le dossier devant le conseil d’organisation de l’organisme pour la tenue du vote. Compte tenu du contexte particulier, il n’existait pas de plan B.

« Ce n’était pas possible de livrer le championnat aux dates prévues, mais l’ISU a fait preuve d’ouverture, a souligné le directeur général de la Fédération de patinage de vitesse du Québec (FPVQ) Robert Dubreuil. On ne promet pas un mondial comme si l’organisation y travaillait depuis un an, mais nous avons fait beaucoup de chemin depuis lundi et on s’en va dans la bonne direction. Le commun des mortels ne verra pas la différence. »

« C’est énorme avoir trois semaines de plus pour l’organisation, de poursuivre Dubreuil. On va rencontrer des embûches, mais nous aurons plus de temps pour se virer de bord. En confirmant le retour à Montréal aux mêmes dates dès dimanche dernier sur leur site web, l’ISU nous prenait pour des magiciens et nous surévaluait. »

Exigences respectées

Lors de la rencontre de lundi, l’ISU avait demandé certaines garanties au comité organisateur avant de confirmer la présence des meilleurs patineurs à Montréal. 

« Nous avons confirmé une entente pour la télédiffusion et la retransmission sur le web, ce qui les a rassurés, a raconté Dubreuil. Étant donné que l’ISU vend les droits de l’événement en Corée et au Japon, les exigences de production sont élevées. Ça prend une dizaine de caméras. »

« On a aussi réglé les contrats pour l’aréna et l’hôtel, de poursuivre Dubreuil. L’aréna Maurice Richard est en chantier depuis six mois et ça aurait pu évoluer du mauvais bord, mais tout sera en ordre. Pour les dates, la troisième semaine d’avril n’était pas disponible en raison de la présentation du Défi sportif, mais il n’y a pas de problèmes du 8 au 10. On aura sûrement des embûches en cours de route, mais il s’agissait des trois principaux points et tout est réglé. Notre financement était bouclé [le budget oscille entre 1 et 1,2 million]. »

Le report de trois semaines aura un avantage. 

« Le report nous permettra d’accueillir plus de spectateurs parce que les contraintes sanitaires diminuent, a souligné Dubreuil. Nous avons reçu de bonnes nouvelles au niveau de la ventilation de l’édifice. »

Saison prolongée

Ce report signifie que la saison des patineurs se prolongera de trois semaines. Certains patineurs canadiens avaient même réservé un voyage sous les tropiques et devront réviser leurs plans. 

« Je ne serais pas surpris qu’il y ait quelques absents et j’espère que le contingent international ne sera pas trop touché. Je me souviens qu’en 2002, Marc Gagnon avait pris sa retraite après ses deux médailles d’or aux Jeux olympiques de Salt Lake City et qu’il n’avait pas participé au mondial à Montréal. Marc avait toutefois accepté la présidence d’honneur de l’événement. On ne peut forcer personne à patiner. »