Crédit : Photo d'archives, Agence QMI

Boxe

«C’est décevant» – Marc Ramsay

Publié | Mis à jour

L’entraîneur Marc Ramsay vit une situation qui n’est pas évidente. Au cours des dernières heures, trois de ses boxeurs ont été touchés, de près ou de loin, par les nouvelles sanctions des organismes mondiaux de boxe.

Le champion unifié Artur Beterbiev et les poids lourds Arslanbek Makhmudov et Oscar Rivas ont vu leur carrière prendre une nouvelle tournure.

Pendant que ce sera difficile pour Beterbiev de défendre ses ceintures, Makhmudov a perdu sa place dans les classements de la WBO et de la WBA. Le géant russe est détenteur d’un titre mineur (NABA) de cette dernière association. 

«Pour nous autres qui travaillons fort et pour ceux comme Camille [Estephan] qui investissent des sommes importantes dans les carrières, c’est décevant, a mentionné Marc Ramsay lors d’un entretien téléphonique. Tout ce qui se passe, ça dépasse le cadre sportif.»

«De n’importe quelle manière, on tente de mettre de la pression sur le régime russe. Toutes les manières sont justifiées. Je le comprends. [...] En même temps, je suis vraiment sceptique. Les suspensions d’athlètes professionnels vont-elles avoir une réelle influence sur les décisions politiques de [Vladimir] Poutine? Pour le moment, on subit et on ne peut rien faire.»

En mode patience 

Ramsay a eu une discussion avec Makhmudov dans les dernières heures. Il le fera aussi avec Beterbiev à son retour des États-Unis.

«Pour Makhmudov, il n’y a pas de panique. On vient de finir un combat, a ajouté Ramsay. On regardera la direction que la situation prendra. On va être patients.»

Les décisions politiques de Poutine ne sont pas un sujet de discussion régulier dans le gymnase de Ramsay. Il faut aussi préciser que Makhmudov et Beterbiev ne sont pas à l’entraînement depuis le début de l’invasion russe en Ukraine.

Pour ce qui est de Rivas, il aura une grosse pointure devant lui à sa première défense de son titre WBC des super-lourds-légers en juin.

«Je ne sais pas si le fait de ne pas affronter Evgeny Romanov va améliorer notre sort. Lorsque tu es champion du monde, tu dois faire face à la musique. Que ce soit Romanov ou un autre, on va se préparer en conséquence.»

Spencer avec EOTTM 

Dans un autre ordre d’idées, on a appris qu’EOTTM a fait signer un contrat à l’ancienne olympienne Mary Spencer (3-0, 2 K.-O).

Ce n’est pas une surprise parce que Spencer a fait partie d’une des cartes du promoteur québécois au Mexique durant la pandémie. Elle sera en action sur une carte présentée le 26 mars prochain.

«En raison de son âge [37 ans], ça pourrait aller rapidement dans son cas, a mentionné Ramsay. On est à un ou deux duels d’un combat de championnat du monde. On aimerait que ça arrive avant la fin de l’année.»

L’Ontarienne va évoluer dans les catégories des 147 et les 154 lb. Dans ces deux divisions, Spencer a des chances de devenir championne du monde.

À 147 lb, il faudrait qu’elle détrône la championne unifiée Jessica McCaskill qui détient toutes les ceintures. Un défi à sa portée.

Puis, dans la catégorie supérieure, plusieurs championnes sont à sa portée. Patricia Berghult, Hannah Rankin, Natasha Jonas et la Québécoise Marie-Ève Dicaire pourraient se voir lancer un défi par Spencer et son équipe.