Crédit : AFP

Hockey

Wayne Gretzky ne veut pas de la Russie au Mondial junior

Publié | Mis à jour

La Russie est de plus en plus isolée sur la scène internationale, et s’il n’en tenait qu’à Wayne Gretzky, les jeunes espoirs russes devraient être exclus du Championnat du monde de hockey junior.

L’invasion de l’Ukraine par le régime de Vladimir Poutine a été à l’origine de nombreuses sanctions économiques, et les athlètes provenant du pays commencent également à souffrir des gestes de leur président.    

Le Mondial junior, qui sera repris au mois d’août après avoir été interrompu par la pandémie de COVID-19 cet hiver, devrait ainsi être disputé sans les Russes, aux yeux du meilleur pointeur de l’histoire de la Ligue nationale de hockey (LNH).

«Je pense que le hockey international devrait dire: "nous n'allons pas les laisser jouer dans le Mondial junior", a dit Gretzky sur les ondes de la chaîne TNT, samedi soir. Je pense que nous devons, en tant que Canadiens, adopter cette position puisque les matchs vont être joués à Edmonton.»

Cette déclaration de Gretzky survient quelques heures après que les Polonais eurent refusé d’affronter la Russie lors de la deuxième ronde du tournoi qualificatif de l’UEFA en vue de la Coupe du monde de 2022.

Qualifiant le conflit actuel d'insensé, Gretzky a félicité la Fédération polonaise de soccer pour cette décision.

À l’IIHF de trancher  

C’est toutefois la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) qui devra trancher, et plusieurs pays membres, avec la Suisse en tête de liste, ont officiellement demandé que la Russie soit exclue de celle-ci.

«La requête à l’attention du Conseil de l’IIHF demande notamment l’exclusion immédiate des fédérations russe et biélorusse de l’IIHF», a clairement indiqué Swiss Ice Hockey dans un communiqué.

Cette requête demande également la relocalisation du Mondial junior 2023, prévu à Novossibirsk et Omsk, ainsi que du Mondial de la même année, qui doit avoir lieu à Saint-Pétersbourg. 

Une autre équipe quitte la KHL   

Quelques jours après avoir vu les Jokerit de Helsinki se retirer des séries éliminatoires de la Ligue continentale de hockey (KHL), le Dinamo de Riga a emboîté le pas de la formation finlandaise en annonçant dimanche qu’il quittait le circuit «en réponse à l’agression russe en Ukraine».

Le Dinamo, qui évolue dans la capitale de la Lettonie, a détaillé par voie de communiqué les raisons de son retrait.

«La décision de se retirer de la KHL a été prise, exprimant ainsi une position claire de la direction du club, a expliqué le président du conseil de l’équipe, Juris Savickis. Dans une telle crise militaire et humanitaire, nous ne voyons aucune possibilité de coopération avec la KHL.»

Contrairement aux Jokerit, le Dinamo n’était pas qualifié pour les séries éliminatoires, lui qui occupait le dernier rang de l’Association de l’Ouest au terme de la saison régulière.