Hockey

La promesse de Mélodie Daoust au médecin de l'équipe canadienne

Publié | Mis à jour

Fraîchement revenue de Pékin où elle a remporté la médaille d’or aux derniers Jeux olympiques, Mélodie Daoust, en entrevue à «JiC», s'est exprimée sur la merveilleuse épopée des représentantes canadiennes en sol chinois. 

Après avoir raté quelques matchs en raison d’une blessure à l’épaule subie contre la Suisse lors du duel inaugural du Canada (lourde chute contre la rampe), la Québécoise a renoué avec l'action juste à temps pour les demi-finales.   

«Je savais que j’allais tout faire pour y parvenir. On parle quand même des Jeux olympiques! Ma première phrase au médecin de l’équipe a été: "je vais revenir au jeu avant la finale"», a d’abord lancé Daoust.

Questionnée par Jean-Charles Lajoie sur la gravité de sa blessure, l’attaquante a offert une réponse rassurante. 

«J’ai seulement besoin de temps. Je n’aurai pas à être opérée, ce qui est en soi une excellente nouvelle!

Une équipe solide... à tous les points de vue!   

On a pu voir sur la glace et tout au long du tournoi une équipe canadienne très dominante.

Mais au-delà de l’indéniable talent du groupe, Daoust affirme que l’esprit d’équipe qui régnait dans le vestiaire de l'unifolié était grandiose. C’est d’ailleurs, avance-t-elle, l’une des clés expliquant la conquête de cette belle médaille d’or. 

«La profondeur de ce groupe était incroyable, mais je dois dire que tout a commencé avec la merveilleuse chimie entre les filles. On sort de deux ans de pandémie où nous nous entraînions toutes dans nos garages, sans équipement. Nous faisions nos sprints dehors à la bonne franquette. Nous n’avions que des élastiques pour nos séances de musculation. Quand cette année olympique a débuté, toutes les filles voulaient jouer les unes pour les autres.»

Une première  

Mélodie Daoust est du genre discrète. Les gens, avant vendredi, n’avaient jamais pu rencontrer les membres de sa famille immédiate, elle qui est mère d’un jeune garçon et qui partage sa vie avec sa conjointe depuis plusieurs années. 

Pourquoi «avant vendredi»? Parce que son fils et sa compagne étaient tous les deux de passage dans les studios de «JiC», eux aussi! La joueuse a volontiers accepté de les présenter au public. 

«Ma conjointe, Anna et mon petit garçon, Mattéo», a-t-elle dévoilé, souriant à pleines dents. 

«Mattéo a trois ans et demi et je ne pourrais pas être plus fière de revenir à la maison avec une médaille d’or. Je lui dis que c’est sa médaille à lui et il la porte toute la journée à la maison! J’ai dû faire de gros sacrifices en m’éloignant de lui pour le hockey, mais je n’ai jamais cessé de penser à mon petit garçon. Ce fut une année extrêmement difficile mentalement. D’être loin de lui, ce n’était vraiment pas évident. Mais de le voir sourire et porter mon chandail de hockey, ça fait de moi une maman vraiment fière.»

Voyez l’entretien complet en vidéo principale.