Canadiens de Montréal

Le projet Caufield est déjà une réussite de St-Louis

Le projet Caufield est déjà une réussite de St-Louis

Jean-Charles Lajoie

Publié 24 février
Mis à jour 24 février

Il y a bel et bien un effet Martin St-Louis. La structure est différente. Elle plaît davantage aux joueurs actuels. Le coach semble s’être réincarné en Cole Caufield. 

L’effet le plus palpable se trouve dans le jeune numéro 22. La confiance est la clé de tous les joueurs de hockey. Davantage des joueurs de talent. Le projet Caufield est déjà une réussite éloquente de St-Louis.     

Autant que le projet Jeff Petry. Je ne sais trop ce que le coach a dit à l’énigmatique Américain, mais Petry ressemble au défenseur qui pouvait rêver d’une nomination au trophée Norris il y a 13 mois...

Il faudra valider sur 20-25 matchs. Ne soyons pas dupes. 

Chaque changement d’entraîneur-chef apporte un regain à une équipe en cours de saison. Mais les nombreux exemples de la campagne en cours tendent à démontrer que l’effet s’estompe au bout de 15-20 matchs. Chasser le naturel...

Un Canadien ré-énergisé 

Bref, le meilleur scénario est possiblement en train de s’écrire sous nos yeux... Un CH renouvelé, ré-énergisé. Un club excitant qui aligne quelques victoires. 

Des jeunes pris en main, heureux dans le progrès et productifs. Un coach qui offre des conférences de motivation et de coaching gratuites à tout le monde lors de chacun de ses points de presse. De la demande pour des billets contre toute attente.

Et des négociations de transactions qui vont néanmoins se poursuivre. Des transferts d’effectifs qui ralentiront la progression au classement sans pour autant nuire à la progression du contingent autour duquel veulent construire le tandem Jeff Gorton et Kent Hughes.

Autrement dit, tout va assez bien merci. 

Vincent Lecavalier devient un lobbyiste de premier ordre pour le CH. Martin St-Louis semble autant aimer diriger qu’il aimait jouer. 

L’équipe offre une opposition digne, du jeu inspiré et spectaculaire. Le vent est subitement bon. Très bon. Et puis la paire Gorton-Hughes s’efface derrière Lecavalier et St-Louis, deux légendes, deux hommes forts et deux gagnants. C’est un signe d’intelligence.