Crédit : AFP

Golf

Tiger Woods n’envisage pas un retour imminent

Publié | Mis à jour

Près d’un an après avoir subi un grave accident qui aurait pu avoir d’énormes conséquences, Tiger Woods ne se sent pas encore d’attaque pour reprendre l’action sur le circuit de la PGA.

Dans le cadre de l’Invitation Genesis, dont il est l’hôte, l’ancien numéro 1 mondial a fait le point sur son état de santé, mercredi. Il a révélé aux membres des médias qu’il n’avait aucune idée de quand il pourrait regagner les rangs professionnels, lui qui souffre encore beaucoup.

• À lire aussi: PGA : Étienne Papineau dans la cour des grands

• À lire aussi: Un autre bon début de tournoi pour Maude-Aimée Leblanc

«J’aimerais pouvoir vous dire quand je jouerai à nouveau. Je veux, mais je ne peux pas, a avoué le golfeur de 46 ans en conférence de presse. Mes activités de golf ont été très limitées. Je peux très bien faire des approches et des roulés et aussi frapper avec les fers, mais je n’ai rien frappé de long sérieusement.»

Le 23 février 2021, Woods a été impliqué dans un sévère capotage en Californie. Alors qu’il était seul sur la route, il a fait une embardée et des tonneaux avec son VUS. Sa jambe droite a été très amochée, mais les médecins ont pu éviter qu’elle soit amputée.

«Je suis très chanceux, très chanceux, a-t-il répété. Comme vous le savez, je ne savais pas si j’allais encore avoir la jambe droite ou non. Alors de pouvoir conserver ma jambe, c’est immense. J’ai encore beaucoup de problèmes avec, mais elle m’appartient toujours et j’en suis très heureux.»

Marcher, le réel problème

La jambe et même le dos de Woods l’empêchent de parcourir de grandes distances à pied. Il devra être patient s’il veut se remettre complètement, mais pour un grand champion comme lui, qui est un vrai passionné, l’attente s’accompagne de frustrations.

«Je travaille encore à marcher comme il faut, a-t-il avoué. [...] Ça prend du temps. Ce qui est frustrant, c’est que je n’ai pas d’échéance. Je veux être à un certain point, mais je ne le suis pas. Je deviens meilleur, oui, mais comme je l’ai dit, pas à la vitesse et la régularité que je souhaiterais. Ajoutez le facteur de l’âge aussi. Tu ne guéris pas aussi rapidement, ce qui est frustrant.»

En décembre dernier, il avait été très encourageant de le voir jouer avec son fils Charlie au Championnat PNC. Les Woods avaient été impressionnants, bien qu’ils n’aient pas remporté le titre. Tiger devait alors utiliser une voiturette pour se déplacer sur le terrain.

«Ne jouer que du golf de week-end, c’est facile. Frapper la balle, sauter dans la voiturette, conduire, débarquer à peine de la voiturette, prendre ton club et frapper la prochaine. La plus longue marche que tu auras à faire, c’est entre la voiturette et le vert et le retour», a-t-il expliqué.

«Je peux faire ça, ce n’est pas si dur. Mais marcher un terrain de golf [au complet], c’est une chose complètement différente», d’avouer à regret le golfeur, qui a remporté 15 titres du Grand Chelem en carrière.