HKN-HKO-SPO-COLUMBUS-BLUE-JACKETS-V-MONTREAL-CANADIENS

Photo : Cole Caufield a disputé un solide match contre les Blue Jackets de Columbus, ce samedi. Crédit : Photo AFP

Canadiens de Montréal

Cole Caufield: deux en deux sous Martin St-Louis

Publié | Mis à jour

Martin St-Louis a l’intention de rester patient avec Cole Caufield. Il a comme mission de travailler avec son jeune ailier afin de le replacer sur le bon chemin. 

S’il y a quelques jours, on croyait que Caufield se destinait à un retour avec le Rocket de Laval, c’est maintenant permis d’en douter.  

À ses deux premiers matchs sous la gouverne de St-Louis, le numéro 22 a marqué deux buts. Il a déjoué Ilya Samsonov d’un beau tir du revers contre les Capitals et il a battu Elvis Merzlikins d’un autre bon tir face aux Blue Jackets, aujourd'hui. Avant le changement de la garde derrière le banc du CH, Caufield traversait une période sombre de 17 rencontres sans un seul but. 

Un sourire 

Depuis jeudi dernier, le choix de premier tour du Tricolore en 2019 a retrouvé son sourire contagieux grâce à ses deux buts. 

« Cole est toujours souriant, on voyait encore son sourire dans le vestiaire, a dit l’ailier Tyler Toffoli. Il arrive toujours avec le sourire à l’aréna et il travaille fort. Je veux le voir obtenir du succès, je passe beaucoup de temps avec lui. Je suis heureux de le voir marquer des buts. Je veux le voir grandir comme joueur. Je lui dis de frapper le filet. » 

Ryan Poehling, un choix de 1er tour en 2017, s’y connaît également en matière de pression pour un jeune attaquant. 

Utilisé au centre de Joel Armia et de Caufield lors des dernières rencontres, Poehling n’a pas le sentiment de voir un joueur différent à l’aile droite. 

« Il a toujours été le même Cole, a répliqué Poehling. La LNH reste une ligue difficile. Il est une recrue, il a seulement 20 ans. Il y a plusieurs personnes pour lui placer de la pression sur les épaules. »

Le bon rythme 

Après le match contre les Blue Jackets, St-Louis a noté un élément important dans le jeu de Caufield. 

« J’aime son rythme, a répliqué l’entraîneur en chef par intérim. Je sais qu’il a de la vitesse, mais comme marqueur, il doit aussi savoir se cacher sur la glace. Sur son but, s’il avait patiné trop rapidement, il se serait sorti du jeu. C’est une chose importante pour un marqueur. Tu dois contrôler ta rapidité. »

À VOIR AUSSI  

10 choses à savoir sur Kent Hughes, nouveau directeur général du Canadien -