Canadiens de Montréal

«Ç’a fini par rattraper Ducharme»

Publié | Mis à jour

Jeff Gorton et Kent Hughes n’avaient plus le choix : un changement d’entraîneur était nécessaire. 

«De telles performances étaient inacceptables, surtout pour une équipe comme les Canadiens. C’était pénible à regarder soir après soir. Le temps était venu pour Gorton et Hughes de rectifier le tir», a affirmé sans détour l’ancien défenseur Alexandre Picard dans le balado de TVA Sports «Temps d’arrêt», animé par Louis Jean.    

De l’avis de notre analyste, certaines décisions prises par Marc Bergevin depuis la fin de la finale de la Coupe Stanley ont grandement nui à Dominique Ducharme et contribué à son congédiement. 

«Je me sens mal pour Ducharme. Bergevin a fait un excellent travail durant son règne à Montréal, mais ses décisions prises durant l’été n’ont pas aidé Ducharme», a dit Picard en référence au départ du jeune attaquant Jesperi Kotkaniemi et aux embauches de l’attaquant Christian Dvorak et du défenseur québécois David Savard. 

«"KK", on l’aurait pris volontiers cette saison. Dvorak, lui, n’est pas le joueur auquel on s’attendait. Et David Savard, est-ce que c’est ce qu’on avait vraiment besoin?», s’est-il questionné à voix haute.

«Comme un "soap opera"!»   

Une chose est cependant certaine selon Picard : il est difficile d’évaluer le travail effectué par Ducharme en raison des circonstances particulières liées à la pandémie de COVID-19, qui a frappé particulièrement fort chez le CH, en plus de l’absence du capitaine Shea Weber et, surtout, du gardien Carey Price.  

«On ne peut pas vraiment évaluer son travail. Son année comme entraîneur a été comme un "soap opera"! Il s’est retrouvé avec une formation C. C’est donc difficile de l’évaluer.»

Picard lui reproche toutefois d’avoir été trop mou à son goût envers certains joueurs. 

«Ce que je peux lui reprocher, c’est qu’il a été trop permissif et pas assez dur envers les joueurs. Il n’a jamais voulu cibler un joueur publiquement ou passer des messages aux joueurs par l’entremise des médias. Ça a fini par le rattraper.»

Si Ducharme ne l’a pas fait, c’est qu’«il avait les mains liées», croit Jean. 

«Avait-il vraiment le pouvoir de la faire? Probablement pas», a-t-il soutenu, puisque certains de ces joueurs auraient pu intéresser d’autres équipes. 

Écoutez cet intéressant segment ici:

Ci-dessous, voici l’épisode complet:

Il y est aussi question de la nouvelle philosophie de système de jeu du CH, du changement d’entraîneur à Edmonton et de l’arrivée de Cammi Granato avec les Canucks.