Crédit : Photo Ben Pelosse

Canadiens de Montréal

Le CH n'est pas maître chez lui

Publié | Mis à jour

Le Canadien de Montréal connaît une saison à oublier et peu importe l’endroit où il joue, la défaite est plus souvent au rendez-vous que la victoire, mais sa fiche à domicile est pour le moins difficile à justifier.

Certains des partisans les plus optimistes du club se disaient avant la séquence de huit parties à la maison amorcée le 27 janvier que le Tricolore allait récolter quelques victoires ici et là. 

• À lire aussi: Patrice Bergeron a pris Nick Suzuki sous son aile

• À lire aussi: Montréal pourrait perdre le repêchage

Or, c’est plutôt mal parti: la troupe de l’entraîneur-chef Dominique Ducharme a échappé les trois premiers matchs de cette longue série avant la pause de la classique des étoiles.

Maintenant, peut-elle sauver son séjour pendant les cinq prochaines rencontres? À en juger par son dossier de 5-13-1 au Centre Bell cette saison, la réponse est non. Et si elle maintient ce faible rythme de croisière, elle présentera son pire bilan à vie pour une campagne locale de 41 duels.

La dernière fois que le club a conclu sous ,500 pour ses matchs à Montréal remonte à 2019-2020, en vertu d’un dossier de 14-17-6. Cependant, la pandémie l’avait empêché de disputer les quatre matchs restants avant la fin des hostilités... qui ont repris dans une bulle à Toronto pour les séries éliminatoires au mois d’août suivant.

Comme dans le temps d'Alain Vigneault

En fait, il y a deux saisons seulement durant lesquelles le Canadien a fini sous le seuil de respectabilité pour ses parties à domicile. 

Au cours de la très difficile année 2000-2001, marquée par le congédiement de l’instructeur-chef Alain Vigneault et du directeur général Réjean Houle, il avait maintenu une fiche de 15-20-4-2, en route vers une récolte de 28 gains au total.

L’autre précédent en la matière est davantage intriguant. En 1997-1998, première année de Vigneault derrière le banc, le Canadien s’était contenté d’un dossier de 15-17-9, au moment où les prolongations et les fusillades n’existaient pas encore dans le circuit Bettman. 

Par contre, l’équipe présentait un tout autre visage à l’étranger. Son bilan de 22-15-4 en territoire ennemi lui avait permis de prendre le septième rang de l’Association de l’Est et d’éliminer éventuellement les Penguins de Pittsburgh au premier tour des séries.

Par ailleurs, grâce aux nombreux revers encaissés en temps supplémentaire ou aux verdicts nuls, le Tricolore a terminé à la maison sur la barre de ,500 ou tout juste au-dessus à quelques occasions: en 1996-1997 (fiche de 17-17-7), en 1999-2000 (fiche de 18-17-5-1), en 2002-2003 (fiche de 16-16-5-4) et en 2011-2012 (fiche de 16-15-10). 

Dans les trois derniers cas, il a été incapable de se qualifier en éliminatoires.

L'action reprend mardi

Le Bleu-Blanc-Rouge se mesurera aux Devils du New Jersey, mardi, puis aux Capitals de Washington, jeudi. 

Au cours de la fin de semaine du Super Bowl, les Blue Jackets de Columbus et les Sabres de Buffalo débarqueront en ville, samedi et dimanche, respectivement.

Les deux affrontements du week-end seront diffusés à la chaîne TVA Sports.