Crédit : AFP

Coupe du monde 2022

Soccer: le Canada l’emporte encore!

Publié | Mis à jour

Le Canada a marqué deux fois en deuxième demie pour remporter une victoire de 2 à 0 sur le Salvador à l’Estadio Cuscatlan mercredi soir.

Les Rouges ont ainsi remporté chacun de leurs trois matchs de cette fenêtre internationale par la même marque et ont désormais 25 points, en tête de l’octogone de qualification pour la Coupe du monde 2022. 

Le Canada présente une fiche de 7-0-4 et pourrait assurer son billet pour le Qatar dès le premier match de la prochaine fenêtre, le mois prochain.

Vainqueurs contre le Honduras par la marque de 3 à 0, les États-Unis sont seconds avec 21 points sur un pied d’égalité avec le Mexique qui a vaincu le Panama 1 à 0.

But étrange 

Le Canada a ouvert la marque sur un but particulièrement bizarre à la 66e minute de jeu.

Cyle Larin s’est amené sur la droite et a centré pour Atiba Hutchinson dont le tir de la tête a frappé le poteau. Le retour a ensuite rebondi sur le dos du capitaine canadien pour déjouer le gardien salvadorien, Kevin Carabantes.

Le vétéran, qui aura 39 ans la semaine prochaine, n’a sans doute jamais marqué de but aussi étrange.

«Je pense que le ballon a frappé mon épaule, mais parfois il faut de la chance au football», a expliqué Hutchinson.

Jamais particulièrement embêté, le Canada aura tout de même vu Milan Borjan sortir un autre petit miracle en fin de match quand il a étiré la main pour dévier un ballon qui allait retomber derrière lui.

Et comme lors du match de dimanche à Hamilton, la rencontre s’est conclue sur une échappée. Cette fois-ci, c’est Jonathan David qui a remonté les deux tiers du terrain pour soulever le ballon au-dessus de la tête de Carabantes qui tentait de revenir sans son but après s’être aventuré très loin pour appuyer son attaque dans un effort du désespoir.

Lendemain de veille 

Après une montée d’adrénaline importante comme celle procurée par la victoire de 2 à 0 contre les États-Unis à Hamilton dimanche, le Canada avait l’air d’une équipe en lendemain de veille pendant la première demie.

Certes, John Herdman avait apporté de nombreux changements à son alignement partants, mais les Canadiens n’avaient pas la même hargne que lors des deux premiers matchs de cette fenêtre internationale malgré une forte possession de la balle.

Même un joueur comme Jonathan David, qui a été plus que bon lors de ces deux rencontres, manquait de mordant mercredi soir, principalement dans sa finition.

Les Canadiens ont eu de belles séquences de possessions au cours de la première demie, mais Kevin Carabantes a réussi quelques petites prouesses.

Hostile 

Le Saldavor est réputé pour être un environnement très hostile pour les équipes visiteuses et on a une fois de plus vu pourquoi.

Il y a d’abord les partisans qui n’ont pas hésité à lancer des bouteilles et des cannettes en direction des joueurs canadiens malgré des clôtures très hautes tout autour du terrain.

D’ailleurs, une équipe antiémeute avec des boucliers suivait les joueurs canadiens, notamment sur les rentrées de touche et les coups de pied de coin.

Mais il y a également les joueurs salvadoriens qui ont multiplié les tacles tardifs et les gestes discutables en plus de jouer de manière très physique, ce que le Canada a eu du mal à gérer par moment.

«Ç’a été un bon défi, ça n’a pas été un match facile, a reconnu l’entraîneur-chef John Herdman. On a perdu quatre membres du personnel et trois joueurs avant notre départ du Canada en raison de la COVID.

«C’était une véritable atmosphère de la CONCACAF. On a connu un bon départ et par la suite, nous sommes un peu tombés dans leur chaos.»

Presque une grève 

Plus tôt dans la journée on a craint que le match n’ait pas lieu quand les joueurs salvadoriens ont publié un communiqué pour dire qu’ils feraient la grève.

Ils voulaient alors protester pour ne pas avoir reçu des bonis et des primes de la part de leur fédération.

Les joueurs ont toutefois décidé de se rebiffer et de disputer la rencontre par fierté.

«En groupe, nous avons décidé de jouer afin de maintenir une illusion de pays. Nous allons pour nous-mêmes, nos familles et notre sport», ont-ils écrit dans un communiqué.