JiC

L'entourage de Samuel Montembeault était sous le choc

Publié | Mis à jour

Le fait qu'aucun joueur des Canadiens ne se soit porté à la défense de Samuel Montembeault, après le coup de Zack Kassian, en a révolté plusieurs dans l'entourage du gardien. 

C'est ce que son agent Paul Corbeil a déclaré lors d'une entrevue avec Jean-Charles Lajoie, mardi. 

«Comme tout le monde, j'ai été un peu outré. Comme Dominique Ducharme a dit, j'aurais aimé voir les cinq rouges dans le coin pour défendre Sam. Ça ne s'est pas passé comme ça lors du match. Je travaille avec André Dupont depuis plus de 20 ans. Lorsqu'il a vu ça, c'est certain que ça n'a pas passé. Que ce soit moi comme agent, les parents de Samuel ou encore les partisans, je crois que tout le monde est un peu sous le choc.» 

Corbeil croit toutefois que son client va sortir plus fort de cette épreuve et qu'il est en train de faire sa place à Montréal.

«Sam est fait fort et il est quand même très heureux d'être avec les Canadiens de Montréal. Ce n'est pas une année facile, mais il est en train de prouver des belles choses. Plus on l'utilise et plus il démontre vraiment sa valeur. Hors de tout doute, il a sa place dans la Ligue nationale.» 

L'agent se dit également bien heureux de voir plusieurs collègues avoir des ouvertures avec des formations du circuit Bettman.

«C'est bien de voir Kent Hughes et Emilie Castonguay avoir des postes dans la LNH. Je pense que lorsqu'on est dans la LNH, autour de la table, ça prend différentes têtes et différents types de personnalités. Les agents, on est beaucoup dans la relation avec le joueur. Kent Hughes était un très bon agent. C'est quelqu'un qui est intelligent et qui est perspicace. C'est bien de voir des agents et ça ouvre la porte pour d'autres organisations aussi.» 

En ce qui concerne certaines rumeurs qui considéraient Corbeil comme un candidat au poste de directeur général des Canadiens, le principal intéressé ne s'était pas trop emballé avec ça. 

«Je l'ai pris avec un grain de sel. C'est certain que c'est une reconnaissance du milieu. Il faut croire que je fais quand même un bon travail.» 

Voyez l'entrevue dans la vidéo ci-dessus.