Crédit : Photo AFP

Olympiques

Équipe Canada: Staal capitaine, deux assistants québécois

Publié | Mis à jour

Équipe Canada a annoncé l'identité des joueurs qui porteront des lettres sur leur chandail durant les Jeux de Pékin et sans grande surprise, Eric Staal sera le capitaine de l’unifolié.

Le vétéran de 37 ans aura comme assistants les Québécois David Desharnais et Maxim Noreau.

«Tout au long de ma carrière et de mon parcours avec différentes équipes, j’ai acquis beaucoup d’expérience et j’ai vécu toutes sortes de situations. [Être un leader] est devenu naturel pour moi», a exprimé Staal dans une visioconférence tenue mardi.

Le joueur de centre qui a porté les couleurs du Canadien de Montréal l’an dernier a été le capitaine des Hurricanes de la Caroline pendant sept saisons. Il a aussi porté le «C» sur son chandail au Championnat du monde de 2013.

Par ailleurs, Staal est de loin celui ayant le plus d’expérience parmi les joueurs sélectionnés par Hockey Canada pour les prochaines olympiades d’hiver. Le natif de Thunder Bay, en Ontario, a disputé 1293 rencontres dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Il a remporté une coupe Stanley, une médaille d’or olympique et le Championnat du monde de hockey. Il est donc l’un des 29 joueurs à faire partie du très sélect «Triple Gold Club».

«Une énorme surprise»

De son côté, Desharnais s’est dit étonné d’avoir été sélectionné parmi le groupe de leaders d’Équipe Canada.

«C’est une énorme surprise d’avoir obtenu un "A", a déclaré l’athlète de Laurier-Station. J’en suis vraiment content et surpris. Je suis un leader qui prêche par l’exemple dans la façon que je m’entraîne et que je me comporte tous les jours. Je vais essayer de faire ça pendant le tournoi. Je ne suis pas un gars qui parle beaucoup dans le vestiaire. Mais sur la glace, je suis quelqu’un qui travaille très fort.»

Après un séjour de 524 matchs dans le circuit Bettman – principalement avec le Canadien - l’attaquant de 35 ans a plié bagage pour l’Europe à l’automne 2018. Depuis plus de deux ans, il est l’un des rouages importants du Fribourg-Gottéron HC, dans la meilleure ligue de la Suisse.

Desharnais a été louangé par Staal, qui est visiblement heureux de compter sur le petit attaquant dans sa formation.

«J’apprends à le connaître plus profondément présentement, mais j’ai toujours apprécié la façon dont il joue, a dit le capitaine. Je n’aimais pas jouer contre lui quand il était avec le Canadien. Il a toujours été un féroce compétiteur. David est un joueur intelligent et un bon fabricant de jeu. C’est toujours plaisant de se retrouver dans la même équipe qu’un gars qui t’a marqué quand tu jouais contre lui.»

Ne pas se mettre trop de pression

Pour Noreau, il s’agira de la deuxième fois qu’il occupera les fonctions d’assistant aux Jeux olympiques, lui qui était de la formation canadienne ayant obtenu la médaille de bronze à Pyeongchang en 2018.

Celui qui œuvre au sein de la brigade défensive du Zurich SC depuis plusieurs années a bien l’intention de partager son expérience avec ses nouveaux coéquipiers.

«Il y a beaucoup de pression et je sais comment ça va être quand nous serons là-bas. Il est important d’appendre à gérer cette pression, a soulevé l’arrière de 34 ans. C’est important de réaliser que tu n’es pas seul là-dedans. Nous sommes une vingtaine de joueurs dans l’équipe. Ce n’est pas à un seul patineur de marquer le gros but ou d’effectuer un jeu spectaculaire.»

«C’est quelque chose que j’ai compris après quelques matchs à Pyeongchang. Je veux que les gars comprennent qu’ils ne sont pas obligés de se mettre énormément de pression.»

«Si tout le monde accepte l’idée que tu peux te fier à tes coéquipiers et que nous faisons notre boulot, nous allons en sortir gagnants. Il faut gérer le stress de vouloir gagner la médaille d’or. Nous allons y arriver une étape à la fois», a-t-il conclu.