Hockey

«Ça n’a pas été facile» - Andrei Markov

Publié | Mis à jour

Après une bataille juridique de près de six mois, Andreï Markov a obtenu gain de cause contre la RUSADA. La suspension que l’agence antidopage russe lui avait imposée pour manquement à certaines obligations en matière de tests de dépistage inopinés a finalement été levée.

La décision a été rendue la semaine dernière par un tribunal arbitral du sport de Moscou auprès duquel il avait interjeté appel.

«Ça n’a pas été facile. Et la COVID-19 n’a rien fait pour aider à accélérer le processus», a indiqué l’ancien défenseur du Canadien, dans un échange de courriels, jeudi dernier.

Devant les doléances de l’athlète de 43 ans, la RUSADA avait déjà accepté, au début de l’été, de réduire à 18 mois, la suspension habituellement prévue pour deux ans. Toutefois, elle refusait d’enclencher cette mesure disciplinaire rétroactivement à la date de sa retraite, soit au mois d’avril 2020.

«Je veux me battre jusqu’au bout. Je n’ai rien fait de mal et je veux que la lumière soit faite sur cette histoire», avait déclaré Markov lors d’une entrevue publiée dans les pages du «Journal», le 21 juillet.

Coach papa

Celui-ci avait alors expliqué les façons de faire de la RUSADA, qu’il qualifiait de douteuses. Du même souffle, il avait tout de même reconnu avoir omis de remplir les formulaires officialisant sa retraite. Un oubli qui avait contribué à créer la situation dans laquelle il était embourbé.

Un athlète ou un entraîneur suspendu par la RUSADA ne peut être impliqué, de quelque façon que ce soit, dans aucune association sportive. Que ce soit chez les amateurs ou les professionnels.

Par conséquent, en mai dernier, Markov avait dû renoncer au poste d’entraîneur adjoint qu’il avait déniché, à peine quelques semaines plus tôt, avec le HC Vityaz de Podolsk, dans la KHL.

Évidemment, l’emploi a rapidement été offert à quelqu’un d’autre et, pour l’instant, rien ne semble disponible de ce côté. Peu lui importe, puisqu’il ne s’agissait pas là de sa plus lourde perte.

«Maintenant, je peux recommencer à coacher mes fils [Andrei et Mark, ses jumeaux âgés de 10 ans]», a-t-il souligné, manifestement soulagé par la fin des procédures.