Canadiens de Montréal

Carey Price anxieux au sujet de son avenir

Publié | Mis à jour

Carey Price avait retiré son chapeau de cowboy noir. Il portait un complet foncé et il avait un air solennel. S’il semblait en paix d’esprit, le gardien de 34 ans restait tracassé par un genou qui refuse de guérir complètement.

Il y a une chose que Price a peur de retirer complètement. Ce n’est pas son chapeau, mais bien son masque de gardien.

Voyez le point de presse dans la vidéo ci-dessus. 

«Le hockey, c’est une grosse portion de mon identité, a dit Price. Je suis le gardien du Canadien de Montréal depuis un peu plus d’une décennie. Nous avons fini la saison sur une note décevante. Je voulais reporter ce chandail.»

Opéré à un genou à la fin du mois de juillet, le gardien originaire de la Colombie-Britannique n’a toujours pas bloqué une rondelle cette saison avec le gilet du CH sur ses épaules. Il aimerait y parvenir, mais il ignore si ce sera possible.

«Oui, c’est un objectif de revenir au jeu cette année, a-t-il répliqué. Ç’a toujours été mon but depuis que je suis revenu ici (Montréal). J’ai eu des reculs dans ma rééducation. C’était frustrant. Mais je dois m’en occuper, je dois trouver une façon pour guérir. Je fais des pas dans la bonne direction. J’espère que je poursuivrai une progression afin de revenir dans mon uniforme assez rapidement.»

Une possibilité 

Il y a l’espoir, mais il y a aussi le doute. L’espoir, c’est un retour au jeu d’ici la fin de la saison. Le doute, c’est de voir le gagnant du trophée Vézina en 2015 accrocher ses jambières.

Dans une entrevue à La Presse dimanche, Kent Hughes, le directeur général du Tricolore, n’a pas écarté l’hypothèse d’une carrière compromise pour son gardien étoile.

Questionné à ce sujet, Price n’a pas plus fermé la porte au plus sombre des scénarios.

«Tu ne sais jamais. Il y a toujours une possibilité. Il y a plusieurs choses qui détermineront ma saison au cours des prochaines semaines. Moi-même, j’ai hâte d’obtenir les réponses. Mais, je n’ai pas encore les réponses. On le saura prochainement.»

«Je regarde pour le prochain mois, a-t-il continué. J’ai déjà passé par ce chemin au cours des dernières semaines et il y a eu des reculs.»

Des doutes 

Relancé sur ses probabilités de recommencer à jouer, l’homme originaire d’Anahim Lake a encore une fois opté pour la prudence.

«Je ne peux pas offrir une statistique pour mes chances de revenir dans le filet. Je viens juste de recommencer à patiner. Mais j’ai eu des reculs lors des deux occasions. Je garderai ça comme objectif de revenir au jeu.»

Price, qui a connu un parcours formidable en séries, a aussi comme crainte de ne pas pouvoir revenir au sommet de son art. Une crainte que partage la majorité des joueurs qui cherchent à récupérer d’une blessure sérieuse.

«Ça me passe par la tête. Quand tu as une blessure de la sorte et qu’il y a des reculs, il y a toujours des doutes. Tu es un athlète, tu performes à un haut niveau. Tu te poses toujours des questions. Nous avons de bons thérapeutes. Je ferai confiance aux médecins. J’espère revenir à mon niveau à mon retour.»

Price n’avait pas rencontré les journalistes depuis le 7 juillet, date de l’élimination en cinq matchs en finale de la Coupe Stanley contre le Lightning de Tampa Bay. Ce soir-là, il partageait un podium avec son capitaine, Shea Weber.

«Je savais que c’était probablement près de la fin pour Webs, a-t-il admis. Je savais aussi que j’étais pour avoir une opération. Je ne pensais pas trop à ça. Je pensais surtout à notre parcours. C’était une longue route mentalement. C’était vraiment agréable, mais c’était aussi difficile à accepter à la fin. Je savais qu’il était pour se passer plusieurs choses. Ça me traversait l’esprit.»

À sa première sortie médiatique en 207 jours, Price a offert des réponses assez généreuses, quand on considère qu’il est un homme réservé. Dans une saison où le bateau coule de partout et où l’absence de plusieurs meneurs se fait drôlement sentir, Price restera une oreille attentive pour ses coéquipiers, mais il n’a pas le sentiment d’avoir le même ascendant en se retrouvant à l’infirmerie.

«Je peux rester comme un meneur au sein de l’équipe, je sais qu’il y a des joueurs qui me regardent. Mais quand tu es blessé, ce n’est pas le même sentiment. Je peux être là pour parler à des coéquipiers. Ce n’est pas une saison facile.»

CITATIONS EN VRAC       

 «Ça m'a effleuré l'esprit [de ne jamais retrouver mon niveau de jeu habituel]. Il y a toujours un doute dans ton esprit. Tu te poses toujours des questions.»

«Je ne peux vous fournir les probabilités de mon retour. J'aimerais pouvoir le faire.» 

«Je veux être en mesure de mettre ce chandail à nouveau. C'est ce qui me motive en ce moment.»

«Je n'ai pas l'intention d'aller ailleurs [qu'à Montréal].»  

Sur la possibilité qu'il ne puisse plus jamais jouer : «Tu ne sais jamais ce qui va arriver. Il y a beaucoup de possibilités. J'en saurai plus dans les prochaines semaines. Je suis évidemment anxieux moi-même.»

«C'est certainement un objectif pour moi de revenir au jeu. Le processus a été frustrant jusqu'ici, c'est sûr.»

 «Je veux que tout le monde sache que je vais bien. Je regarde vers l'avenir.»