Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

UFC

Jourdain veut dompter le «taureau»

Publié | Mis à jour

Charles «Air» Jourdain a toujours carburé aux défis même s’ils sont risqués. C’est pour cette raison qu’il a accepté un duel contre l’Espagnol Ilia Topuria qui aura lieu samedi dans le cadre du gala UFC 270 à Anaheim.

Il y a deux semaines, l’adversaire de Topuria, Movsar Evloev, a déclaré forfait. La nouvelle est venue aux oreilles de Charles Jourdain qui a répondu à la publication de l’Espagnol sur Twitter.

Puis, son agent Stéphane Patry l’a appelé pour sonder son intérêt. La réponse de son protégé a été rapide. Ce dernier a alors contacté le responsable des poids plumes de l’UFC, Sean Shelby, qui a mis le combat sur pied.

«J’étais le seul à vouloir affronter Topuria, a expliqué Charles Jourdain lors d’un entretien avec le Journal. Les autres combattants avaient trop peur et ils pensent qu’Ilia est invincible.»

Pour ceux qui ne connaissent pas Topuria, il est vu comme l’un des plus beaux espoirs de l’UFC. Il est classé 13e chez les poids plumes.

«C’est un gars que je regarde depuis un certain temps. J’ai toujours aimé son style. C’est un droitier qui est agressif. Je me disais que ça serait intéressant que je me batte avec lui un jour.»

«Dans l’UFC ou chez TKO MMA, chaque fois que j’ai pris ce type de décision un peu folle, ça l’a toujours bien tourné. J’ai confiance que ce soit encore le cas.»

Un matador ou un taureau?

Topuria est reconnu pour être un intimidateur dans l’octogone. Un seul de ses 11 combats s’est rendu à la limite des trois rounds.

«On l’appelle le matador, mais c'est un taureau, a mentionné le protégé de Fabio Holanda. Je dois éviter qu’il rentre à l’intérieur et je devrai utiliser ma portée le plus possible.»

«S’il rentre à l’intérieur, je dois le faire payer tout de suite. Je dois lui faire comprendre qu’il y a un danger chaque fois qu’il attaque. S’il veut m’amener au sol, il faut que le taureau fonce dans le vide ou dans un genou.»

Jourdain sera le négligé dans ce duel et Topuria ne semble pas le considérer comme une menace. L’une des clés pour le Québécois sera de se faire respecter par son adversaire dès les premières minutes.

«Topuria a mentionné que je n’avais jamais rencontré un cogneur comme lui, mais il a oublié mon affrontement contre Doo-ho Choi qui avait les mains pesantes. Je vais devoir instaurer du respect, mais ça ne me dérange pas.»

«J’aimerais bien voir son niveau d’énergie si je peux l’amener dans les rounds 2 et 3 où je connais toujours mes meilleurs moments. Si ça se joue sur le cardio, c’est sûr que j’ai un avantage.»

Ne pas avoir de regrets

Jourdain est le type de combattant qui ne veut pas avoir de regrets lorsqu’il quittera son sport. Il ne refuse jamais un duel même s’il se concrétise à la dernière minute.

«Les gens ont le droit de dire ce qu’ils veulent, a précisé Jourdain. À la fin de la journée, je veux avoir une carrière remplie de choses que j’ai réalisées. Je fonce et je prends des risques.»

«Je grandis en tant qu’être humain lorsque je prends des décisions courageuses au lieu de rester sur mon divan et d’attendre mon prochain combat.»