Canadiens de Montréal

Un retour qui fera du bien

Publié | Mis à jour

Outre l’absence de pointures importantes, le manque d’effort et le niveau d’intensité déficient sont souvent pointés du doigt pour expliquer les déboires de l’équipe cette saison. Des mauvaises habitudes qui pourraient peut-être changer à compter de lundi.

En Arizona, dans ce match entre les deux pires formations du circuit, le Canadien pourrait compter sur le retour de Josh Anderson. Du renfort que Dominique Ducharme accueillera à bras ouverts.

«On a bon espoir qu’il pourra jouer. Josh apporte une énergie difficile à reproduire. C’est à la fois un joueur physique et offensif. Il peut faire un peu tout et il peut changer le rythme d’un match en une seule présence», a souligné l’entraîneur du Canadien, tout en précisant que le trio qu’il formait à l’entraînement avec Mike Hoffman et Nick Suzuki n’était pas coulé dans le béton.

Point de presse - Dominique Ducharme -

Évidemment, les déboires du Canadien avaient débuté bien avant que l’attaquant de 27 ans ne se blesse à une épaule, le 2 décembre, face à l’Avalanche du Colorado. Néanmoins, il vaut la peine de souligner qu’en son absence, l’équipe a maintenu un pitoyable dossier de 1-7-3. Ça a tellement mal été que même si Anderson a raté 11 matchs, il pointe encore au sommet des buteurs de l’équipe (il a été rejoint par Suzuki) avec sept buts.

«C’est difficile d’être sur la touche et de ne pas pouvoir aider ses coéquipiers. Surtout de la façon dont la saison se déroule», a indiqué Anderson, au terme de l’entraînement que le Tricolore a tenu à Chicago avant de s’envoler vers Phoenix.

Point de presse - Josh Anderson -

«Au moins, ce qui est encourageant, c’est de voir jouer avec cœur et détermination les jeunes qui ont été rappelés.»

Mince consolation, s’il en est une.

De mauvais souvenirs

Par ailleurs, le colosse n’en veut pas à Kurtis MacDermid pour la séquence qui l’a forcé à rater six semaines d’activités. Anderson a rappelé que les deux joueurs pourchassaient la rondelle et que s’ensuivit un bête accident.

«Je ne sais pas si c’est son bâton qui a causé la chute. Mais le jeu est tellement rapide, maintenant, que c’est le genre de blessure qui peut survenir», a expliqué Anderson.

Ce n’est pas la première fois que l’Ontarien subit une blessure semblable. Lors de sa dernière saison à Columbus, celle précédant son acquisition par Marc Bergevin, Anderson avait été limité à 26 rencontres. À la fin de cette campagne, il avait dû subir une opération pour réparer une déchirure à un muscle de l’épaule gauche.

À son premier point de presse comme membre du Canadien, il avait expliqué sa faible production (1 but, 3 passes) par un retour au jeu trop hâtif.

«Tu veux t’assurer d’être rétabli à 100% avant de revenir au jeu. Surtout avec le style que je pratique», a-t-il, cette fois, souligné.

«Je me sens très bien. Disons que la pause forcée et les huit jours de congé en raison de la COVID-19 n’ont pas aidé mon processus de réadaptation», a-t-il poursuivi, désireux d’expliquer la longueur de son absence.

Bientôt Toffoli

Tyler Toffoli est le prochain renfort attendu par Ducharme. L’entraîneur-chef du Canadien a indiqué qu’il s’attendait à le voir effectuer un retour dans l’un des trois derniers matchs de ce voyage: Vegas, Colorado ou Minnesota.

«Il se rapproche vraiment d’un retour. Sa blessure guérit bien, sa forme physique revient», a indiqué Ducharme.

Blessé à une main, Toffoli a disputé son dernier match le 4 décembre.

Pendant que le Canadien continue son périple, quelques joueurs poursuivent leur remise en forme à Brossard. C’est le cas de Paul Byron, Alex Belzile, Jesse Ylonen et Rafaël Harvey-Pinard.

Quant à Carey Price, Ducharme a indiqué que sa situation demeure toujours la même. Il est toujours à l’écart de la patinoire.