FILES-TENNIS-AUS-OPEN-DJOKOVIC

Crédit : Photo AFP

Internationaux d'Australie

Saga Djokovic: peu d’appuis chez les autres joueurs

Publié | Mis à jour

Si Novak Djokovic cherche des appuis, il ne doit pas regarder du côté des autres joueurs. Durant les derniers jours, plusieurs d’entre eux n’ont pas hésité à critiquer sa croisade contre le gouvernement australien.

C’est le cas de l’un de ses plus grands rivaux dans les dernières années, Rafael Nadal.

«Il [Djokovic] connaissait les conditions, a mentionné l’Espagnol plus tôt cette semaine. Je suis désolé pour lui. Mais en même temps, il connaissait les conditions depuis de nombreux mois quand il a pris sa décision [d’aller en Australie en n’étant pas vacciné contre la COVID]. 

«Il a pris sa propre décision, et chacun est libre de prendre ses décisions, mais il y a des conséquences. »

Du côté du Grec Stefanos Tsitsipas, il n’a pas mâché ses mots à l’endroit de la première raquette mondiale. 

«Ce qui est sûr, c’est qu’il a joué selon ses propres règles, a-t-il mentionné. Ça demande beaucoup de courage de le faire et ça met tout le tournoi en danger. Je ne pense pas que beaucoup de joueurs feraient cela. J’ai choisi de venir en Australie en me conformant aux règles et en étant prêt pour la suite sans avoir à penser à quoi que ce soit d’autre. Novak a fait un autre choix. Ça ne veut pas forcément dire que ma façon de faire est la bonne et la sienne est la mauvaise, c’est juste la perception de chacun.»

Tsitsipas en a ajouté une couche. 

«On dirait que tout le monde ne respecte pas les règles de Tennis Australie et du gouvernement, a ajouté l’athlète de 23 ans. Et cette très faible minorité fait passer la majorité des autres joueurs pour des idiots, dans un sens.»

L’Écossais Andy Murray s’est montré plus empathique à l’endroit du Serbe. 

«Je ne vais pas commencer à frapper Novak alors qu’il est à terre. » 

«Une chasse aux sorcières»

Outre Djokovic, il y a aussi l’Américain Tennys Sandgren qui n’est pas vacciné contre la COVID-19 dans le top 100 de l’ATP. Celui-ci n’a pas hésité à donner son appui à « Nole ». 

D’ailleurs, Sandgren n’a pas fait le voyage en Australie en raison de son statut vaccinal. 

«C’est une chasse aux sorcières, a déclaré le 93e mondial sans détour. On veut le soumettre. Il n’y a jamais eu autant de cas positifs en Australie depuis Noël. Dans ces conditions, quel danger représente Djokovic?

«Ce n’est pas lui qui va faire entrer le virus dans le pays. On le menace sur la suite de sa carrière et on veut qu’il soit chez lui à regarder Nadal remporter l’Open d’Australie. 

«S’il est expulsé après la décision du juge en sa faveur, ça sera clairement politique. Dans ce cas, l’Australie ne devrait plus accueillir un Grand Chelem.»