LNH

Pas «d'opportunité» pour le retour des Nordiques, selon la LNH

Publié | Mis à jour

Même devant le ministre des Finances, Eric Girard, Gary Bettman y est allé de son habituel refrain, aujourd'hui, concernant le retour d’une équipe de la LNH à Québec. La Ligue dit ne pas avoir connaissance « d’une opportunité » qui pourrait répondre à l’intérêt du gouvernement pour le moment.

Au terme de la rencontre virtuelle d’à peine une heure, M. Bettman et son bras droit, Bill Daly, se sont dits « flattés » de l’intérêt porté par Québec, qui était aussi représenté par le sous-ministre de M. Girard, Pierre Côté.

«Nous avons eu une rencontre cordiale avec messieurs Girard et Côté ce matin, au cours de laquelle ils ont à nouveau exprimé la passion de Québec pour le hockey et l’intérêt profond de la Ville de Québec pour le retour de la LNH», ont laissé savoir le commissaire et son adjoint, dans une déclaration commune.

«Nous apprécions que les lignes de communication entre les deux parties aient été rafraîchies, ont-ils ajouté, et nous nous sommes entendus afin de rester en contact si les circonstances changent.»

Souvent entendu

Ces propos ont été maintes fois répétés par les bonzes de la LNH, notamment devant les journalistes, depuis que la possibilité du retour des Nordiques a commencé à poindre, il y a une dizaine d’années (voir les citations plus bas).

Les villes de Las Vegas et de Seattle ont pendant ce temps obtenu leur équipe par l’entremise de processus d’expansion, tandis que les Thrashers d’Atlanta ont déménagé à Winnipeg.

Houston s’est aussi ajouté à la liste des villes prétendantes à un club de Ligue nationale depuis quelque temps.

«Un atout important»

M. Girard a corroboré aujourd'hui les déclarations de MM. Bettman et Daly. Sur Twitter, il a déclaré que «la LNH a grandement apprécié notre démarche et indiqué ne pas être en position présentement pour répondre positivement à notre intérêt».

Il a ajouté avoir démontré lors de la rencontre, qui devait initialement se tenir à New York, qu’une équipe à Québec «serait un atout important pour la ligue».

Le ministre des Finances est surnommé «le ministre des Nordiques» depuis que François Legault a annoncé, en novembre, l’avoir désigné afin de piloter le dossier du retour d’une concession de la LNH à Québec.

L’opposition critique

Cette réunion tenue en plein cœur de la cinquième vague de la pandémie a été décriée par les partis d’opposition à Québec.

Le député libéral et ex-hockeyeur de la LNH, Enrico Ciccone, s’est questionné sur les priorités du gouvernement.

«Comprenez-moi bien, je me fais violence ici, mais... où sont vos priorités @&$&@ ? [propos non parlementaires]. Trouvez donc une façon sécuritaire de ramener nos jeunes dans le sport à la place», a-t-il dénoncé sur Twitter.

«Pendant que le délestage atteint des niveaux critiques et que notre réseau de la santé est à bout de souffle, la CAQ consacre son énergie au hockey. Ce n’est pas une rencontre dont le ministre Girard devrait se vanter en ce moment», a affirmé Ruba Ghazal, porte-parole en matière de finances pour Québec solidaire.

Québecor réagit

Le groupe Québecor, un acteur de la première heure dans le retour des Nordiques, s’est pour sa part dit « très heureux que le gouvernement du Québec ait pris l’initiative de tenir une rencontre avec la LNH et de contribuer aux efforts déjà déployés pour ramener une équipe dans un important marché d’amateurs de hockey ».

«Nous sommes toujours intéressés au retour des Nordiques à Québec et à investir dans une franchise de la LNH, a-t-il réitéré. La population de Québec mérite cette équipe et avec le Centre

Vidéotron, un amphithéâtre de classe mondiale, nous serons prêts à les accueillir.»

- Avec la collaboration du Bureau parlementaire, Nicolas Lachance

Un refrain souvent entendu

Au fil des ans, Gary Bettman et Bill Daly ont maintes fois déclaré ne pas avoir de concession à offrir à Québec, que ce soit par un déménagement ou par une expansion, tout en affirmant que la Ligue nationale de hockey restait à l’écoute de ce que la Ville et les investisseurs avaient à offrir.

Le Journal a répertorié quelques exemples.

«Nous avons des contacts fréquents avec Québec. Ils sont toujours intéressés par une concession de la Ligue nationale de hockey. Nous ne sommes pas en position de leur en promettre une pour le moment, mais le dialogue se poursuit assurément.»

– Bill Daly, le 26 janvier 2019

«Une fois que la Ville a décidé de se doter d’un nouvel aréna, nous leur avons sans cesse répété que nous ne pouvions pas leur promettre une équipe [...] Cela dit, ça ne signifie pas que Québec n’obtiendra jamais d’équipe. Seulement, nous ne nous sommes pas engagés à lui en trouver une. Je suis très à l’aise avec notre position.»

– Gary Bettman, le 18 novembre 2017

«[...] beaucoup de gens démontrent de l’intérêt, que ce soit pour une équipe à Québec, Seattle, Las Vegas ou Kansas City. Nous écoutons. Toutefois, nous n’avons pas amorcé de processus concernant une potentielle expansion. Ce n’est pas une chose à laquelle nous songeons actuellement, mais nous écoutons.»

– Gary Bettman, le 22 avril 2014

«Personne n’a encore décidé si on était intéressé ou non à une future équipe d’expansion. Plusieurs villes, dont Québec, en rêvent. Nous avons reçu de l’intérêt, mais aucune décision n’a été prise. On écoute. On n’a pas entamé de processus officiel pour avoir une nouvelle équipe. Quand les gens veulent nous parler, on écoute.»

– Gary Bettman, le 10 décembre 2013

«On ne parle pas d’expansion parce que nous ne planifions aucune expansion. [...] Nous avons reçu [des demandes] de Québec, de Seattle, de Kansas City, de Las Vegas, du sud de l’Ontario, de Saskatoon et même de Halifax. [...] Nous n’aimons pas déménager une équipe et, présentement, il n’y a pas d’équipe disponible. Peut-être qu’un jour, les circonstances feront qu’il y en aura une, mais pour l’instant, il n’y a pas de concession disponible pour personne.»

– Gary Bettman, en février 2012