JiC

«Il est mauvais! Oh qu’il n’est pas bon!»

Publié | Mis à jour

Si plusieurs joueurs des Canadiens de Montréal semblent avoir laissé tombé l’entraîneur-chef Dominique Ducharme, d’autres sont carrément invisibles lorsqu’ils revêtent le Bleu-blanc-rouge, croit l’animateur Jean-Charles Lajoie.

Le premier au banc des accusés, l’une des acquisitions les plus prometteuses de l'ex-directeur général, Marc Bergevin, l’été dernier.

• À lire aussi: Chris Wideman devra expliquer son geste

• À lire aussi: Un accomplissement peu enviable pour le CH?

«Christian Dvorak... il est mauvais! Oh qu’il n’est pas bon, a déclaré Lajoie, jeudi, au lendemain d’une dégelée en règle du CH à Boston. 

«On dirait qu’il n’a absolument rien de ce qu’il faisait de bien en Arizona.»

Le joueur de centre américain effectuait un retour au jeu pour la première fois depuis le 7 décembre, mercredi soir. Il a complété la rencontre avec un rendement de -3 et deux tirs au filet en 18 min 20 s, un sommet chez les attaquants face aux Bruins.

Pourquoi les Coyotes l'ont-ils échangé?   

Pressenti comme un pilier pouvant pivoter l’un des deux premiers trios pour pallier le départ de Phillip Danault, tout en contribuant à la feuille de pointage, Dvorak a déçu jusqu’ici avec 12 points en 28 rencontres avec une fiche de -16.

Selon Jean-Charles Lajoie, les motifs qui ont poussé les Coyotes à se départir du joueur de 25 ans plutôt que de l’inclure dans un virage jeunesse sont de plus en plus limpides.

«On commence à comprendre un peu plus chaque match, a-t-il lancé. Le shérif (Jeff) Gorton s’apprête à faire ça et il prend des notes.

«Il va noter ses gars il va dire ‘lui, fait-il partie de la solution? Est-ce que je pense que lui peut m’aider à aller à la guerre, remettre ce club-là sur les rails pis lutter pour une place en séries à court et moyen ou long terme?’. Ça va être non dans le cas de Dvorak et d’un paquet d’autres!»

Par ailleurs, Lajoie remet en question la décision de Ducharme d’avoir laissé Rafael Harvey-Pinard et Alex Belzile sur le banc.

«Ce n’est pas normal. Et c’est encore moins normal de se réconforter avec le bassiste de Mötley Crüe . Il n’y en a que pour Michael Pezzetta depuis 24 heures!»