Crédit : AFP

LNH

Flames: une 3e partie pour faciliter les négos?

Publié | Mis à jour

Le conseil municipal de Calgary a voté en faveur, mercredi soir, d’engager une troisième partie qui s’informera de l’intérêt du groupe Calgary Sports and Entertainment (CSEC) afin de possiblement reprendre les négociations pour la construction d’un nouvel amphithéâtre.

Cet intervenant à l’externe retournera devant les membres du conseil municipal au mois de mars avec les résultats de son enquête.  

La Ville a aussi soulevé la possibilité de construire un nouveau centre d’événements avec des partenaires d’affaires différents.

C’est d’ailleurs grâce à une stratégie similaire que la Ville et le CSEC en étaient arrivés à une entente en 2019.

«Une troisième partie permet à la Ville de se distancier quelque peu et d’obtenir la meilleure entente pour tout le monde, a indiqué la membre du conseil municipal Sony Sharp, dont les propos ont été repris par le “Calgary Herald”. Nous pouvons donc entreprendre [les négociations] sur de nouvelles bases, sans tenir compte de nos [disputes], et c’est ce dont nous avons de besoin.»

«Ça nous permet de nous concentrer sur l’entente et non pas sur nos personnalités respectives.»

Une entente à l'eau 

L’entente initiale entre le groupe CSEC et la ville albertaine, d’une valeur de 550 millions $, était tombée à l’eau au mois de décembre, alors que les coûts estimés avaient grimpé à près de 650 millions $.

Un montant supplémentaire pour des infrastructures routières et un coût lié à l’atténuation des changements climatiques étaient au centre du différend entre les deux groupes.

La mairesse en avait d’abord fait l’annonce sur son compte Twitter, ajoutant qu’elle trouvait «stupéfiant» que la société privée se retire du projet pour ce qui s’avérait être 1,5 % de la valeur totale du projet.

«Nous obtenons une nouvelle opportunité de travailler dans un nouvel environnement avec nos partenaires et en arriver à une entente qui est respectueuse du fait que les conditions économiques sont différentes», a ainsi ajouté la mairesse de Calgary, Jyoti Gondek.

«C’est une nouvelle opportunité qui nous libère de notre ancienne entente.»

En attendant un nouvel aréna, les Flames de Calgary poursuivront leurs activités au Scotiabank Saddledome, là où ils jouent depuis 1983.