Crédit : AFP

MLS

Le Toronto FC en transformation

Publié | Mis à jour

Comme la chenille qui devient papillon, le Toronto FC a fait son cocon pour revenir en force en 2022, après une saison aussi surprenante que désastreuse. Avec l’arrivée de Lorenzo Insigne, on vise le succès à long terme dans la Ville Reine.

L’équipe ne s’est pas longtemps apitoyée sur son sort, elle qui a terminé à l’avant-dernier rang du classement de l’Association de l'Est de la Major League Soccer (MLS) et qui a perdu la finale du Championnat canadien contre le CF Montréal. Les signatures de l’ailier Lorenzo Insigne et du défenseur Shane O’Neill en sont la preuve.

«Nous avons plusieurs fers au feu et je crois que nous conclurons d’autres transactions dans les prochaines semaines, ce qui nous mènera à la première journée avec une équipe très différente d’il y a un an. Nous devrons peut-être attendre la fenêtre [des transferts] de l’été pour que certains joueurs nous rejoignent, mais nous voyons loin et nous voulons utiliser Lorenzo comme base pour aller de l’avant», a expliqué samedi le président du Toronto FC, Bill Manning, en entrevue avec le site web de la MLS.

Il faut ajouter à cela les départs pour l’Angleterre du défenseur Richie Laryea et de celui vers le FC Dallas de Dom Dwyer, qui avaient un impact non négligeable chez les «Reds».

Manning a expliqué que les prochains ajouts se feront dans le but «d’amplifier le talent» d’Insigne. Si l’Italien risque certainement d’attirer quelques prises intéressantes, l’ajout du respecté entraîneur Bob Bradley aura certainement des répercussions positives également.

«Bob a une bonne idée de la façon dont nous allons jouer au soccer et ce qu’il aimerait voir, a indiqué Manning. Ces conversations ont lieu sur une base quotidienne, en ce qui concerne la façon dont nous allons avancer, nous améliorer en défense et bâtir [le club].»

«L’équipe est en transformation. Elle n’est pas encore complétée», a affirmé le président, qui a sans doute plus d’un tour dans son sac.