Canadiens de Montréal

«Je pense qu’il est un peu frustré»

Publié | Mis à jour

Les déboires des Canadiens de Montréal depuis le début de la saison minent le moral des partisans, mais des joueurs également.

C’est particulièrement le cas du gardien Jake Allen, qui a fait part de ses états d’âme il y a deux jours, qualifiant le tout «d’inacceptable.»  

«Jake est une très bonne personne, un très bon coéquipier. Mais il est très sérieux envers sa carrière, a confié son agent Allain Roy, mardi, lors de l’émission JiC sur les ondes de TVA Sports. Je ne suis pas surpris d’entendre Jake faire ces commentaires parce que je pense qu’il est un peu frustré avec la performance de l’équipe. Il n’aime pas perdre. Il est un professionnel très fier.

«[...] C’est une saison assez frustrante pour tout le monde qui est dans le vestiaire des Canadiens. Surtout avec Jake, il a eu beaucoup de lancers de qualité. Ce n’est pas une job qui est facile, mais il ne se plaint jamais. Je pense qu’il aime beaucoup jouer plusieurs matchs. D’un autre côté, psychologiquement, je pense que ça devient un peu frustrant. Il y a beaucoup de négatif autour de l’équipe. Quand tu joues dans un marché comme Montréal, c’est toujours là.»

Roy, qui représente huit joueurs au sein de l’organisation des Canadiens, a également indiqué avoir parlé régulièrement au vice-président des opérations hockey du Tricolore, Jeff Gorton. En plus d’Allen, il négocie les contrats de Chris Wideman et de six autres joueurs qui évoluent au sein du Rocket de Laval.

Mais l’agent néo-brunswickois a affirmé qu’il n a pas eu de discussions sérieuses, du moins dans le cas d’Allen.

«Non, on ne s’en est pas parlé, a indiqué Roy. Je pense que Jake comprend que si Carey n’est pas là, Jake est là. Je n’ai pas eu cette conversation avec Jeff Gorton, mais je serais surpris s’il y avait une transaction, car je pense qu’ils vont avoir besoin de Jake pour le restant de la saison.»

Roy a également effleuré le sujet du congédiement récent de Marc Bergevin.

«Je pense que pour lui, c’était frustrant et ça ne démontrait pas beaucoup de confiance puisque ça avançait et rien ne se faisait, a souligné Roy au sujet des négociations contractuelles de l’ancien DG du CH. Je pense que c’était peut-être une décision des deux côtés. Je ne serais pas surpris si Marc disait, dans plusieurs mois, que c’était rendu là pour lui aussi.»

À voir dans la vidéo ci-dessus.