HOCKEY-NHL-MTL-TOR/

Crédit : USA TODAY Sports

Canadiens de Montréal

Carey Price: les conditions derrière un potentiel départ

Publié | Mis à jour

Quel est l’avenir de Carey Price avec les Canadiens? 

Depuis l’arrivée de Jeff Gorton à titre de VP des opérations hockey du club, c’est la question que tous les amateurs se posent. Et c’est logique. 

Le sort de Price, soyons francs, est intimement lié au plan de Gorton quant au futur l’équipe. 

C’est d’ailleurs en se collant à cette théorie que le journaliste de Sportsnet Eric Engels a répondu à la question d’un lecteur concernant le gardien des Canadiens.

«Price sera-t-il échangé? Où aboutira-t-il?», a demandé l'homme en question prénommé Brian. 

«Dans sa situation actuelle – n'ayant pas joué toute la saison, ayant subi une opération au genou et un passage dans le programme d'aide aux joueurs de la LNH/AJLNH – je ne vois pas Carey Price être échangé avant la date limite des échanges», a débuté Engels.

«Mais si la situation de Price change d'ici là, qu'il revient et qu'il a quelques matchs à son actif tout en ressemblant au no 31 que nous avons vu pour la dernière fois, les équipes seront certainement intéressées par l'acquisition de ses services.»

C’est à ce moment que le reporter a tracé un lien direct entre Gorton et Price. 

«Avec une clause de non-mouvement complète dans son contrat, Price n'ira nulle part à moins qu'il ne le veuille. Et il ne fait aucun doute qu'une conversation entre lui et Jeff Gorton au sujet de son avenir et de celui des Canadiens est en cours si ce n'est déjà fait.

«À 34 ans, il est inimaginable que Price soit prêt à affronter ce qui pourrait être une reconstruction de cinq ans avant d'avoir une autre chance de remporter la Coupe Stanley. Mais rien ne garantit que Gorton entraîne les Canadiens dans cette voie, alors c'est à cela que sert la conversation initiale.»

Différentes équipes dans le besoin

Advenant justement un scénario où Price accepterait de lever sa clause, plusieurs équipes, avance Engels, auraient de l’intérêt pour le cerbère du CH. 

«Je vois l'Avalanche du Colorado et les Oilers d’Edmonton au sommet de la liste.»

Mais un intrus nommé «plafond salarial» complique quelque peu les choses.

«Compte tenu de leurs situations salariales, les deux auraient probablement besoin que les Canadiens conservent jusqu'à 50 pour cent du contrat de Price, qui a encore quatre ans à écouler après celle-ci et compte pour 10,5 millions de dollars sur la masse. Les deux équipes voudraient aussi, fort probablement, que les Canadiens reprennent un gros salaire dans le cadre d’un échange.

Crédit photo : Photo d'archives Martin Chevalier

«Si vous êtes Gorton et que vous voulez vraiment échanger Price, vous devez obtenir un super retour contre lui. Vous ne voulez pas que votre premier geste à la tête du club soit d'échanger votre gardien de but franchise contre un retour juste décent en plus d’absorber la moitié de son contrat et d’accepter un autre gros salarié.»

Eric Engels a conclu son monologue en toute sagesse. 

«Si ni l'Avalanche, ni les Oilers, ni aucun prétendant ne sont disposés à offrir à Gorton un accord qu'il considérerait comme bien meilleur que décent, il peut attendre que l'un ou l'autre ait à nouveau raté sa chance de remporter la coupe Stanley. Mais il faut rappeler que tout cela dépend toujours de ce que Price veut. C'est lui qui décide s'il déménage, et il décide également où il déménage... s'il veut déménager.»