Crédit : Photo AFP

Sports amateurs

Jeux olympiques: les risques d’annulation sont «très minces»

Publié | Mis à jour

Dick Pound est devenu le premier membre du Comité international olympique (CIO) à mentionner publiquement la possibilité de l’annulation des Jeux olympiques de Pékin, lundi, tout en indiquant que seule une véritable catastrophe pourrait en être la cause.

Les olympiades doivent débuter le 4 février. Étant donné l’aspect colossal de cet événement, les préparatifs sont déjà bien amorcés et il serait en effet difficile de faire marche arrière, selon le Canadien de 79 ans. Il estime que les risques d’annulation sont «très minces».

• À lire aussi: «J’étais dévasté» - Jon Cooper

• À lire aussi: Sports: tout ce que nous réserve 2022

«Je ne pense pas que ces événements peuvent être repoussés, a-t-il indiqué dans une entrevue avec le "USA Today Sports". À presque tous les égards, la flèche a quitté l'arc. [Les Jeux] vont commencer le 4 février et il faudrait un véritable bouleversement pour changer cela.»

Pound a malgré tout indiqué comprendre les récents commentaires de David Shoemaker, chef de la direction et secrétaire général du Comité olympique canadien. Ce dernier avait exprimé ses inquiétudes à propos de la résurgence de la COVID-19 par l’entremise du variant Omnicron.

«Si j'étais à sa place, c'est ce que je dirais, a-t-il fait valoir. Si vous êtes le chef de la direction d'un comité olympique national, vous devez montrer au public que vous n’êtes pas aveugle face à cette possibilité.»

«Je pense qu'il y aura une incertitude autour des Jeux dans le public, mais pour le moment, nous avons largué les amarres et le bateau quitte le quai. À moins qu’"Armageddon" se produise et que la santé publique ne décide de fermer toutes les frontières.»

Tsunami

Maintenant que la pandémie de COVID-19 fait rage depuis près de deux ans, le comité organisateur de ces Jeux a pu observer de nombreux autres événements, tournois ou championnats qui ont eu lieu et qui ont dû gérer des éclosions. Ainsi, les protocoles permettront de poursuivre les activités advenant des cas isolés.

«Il y aura certainement des athlètes en compétition et des cas surgiront. La question est de savoir combien seront-ils et cela équivaut-il à un tsunami qui empêchera la continuation des Jeux? (...) C’est dommage que l’athlète X soit écarté, mais vous avez encore quelques centaines d'athlètes qui ne le sont pas. Vous n’annulez pas les Jeux même si c’est l’une de vos vedettes [qui contracte la maladie].»

Les premières compétitions doivent s’amorcer le 2 février alors que la cérémonie d’ouverture aura lieu le 4 février. Les JO se poursuivront jusqu’au 20 février.