Canadiens de Montréal

«J’aimerais mieux ne pas commenter» - Jonathan Drouin

Publié | Mis à jour

Le Canadien avait seulement 11 attaquants et cinq défenseurs avec les ajouts de Jake Evans et d’Alexander Romanov au protocole de la COVID-19. Malgré 16 absents en raison du satané virus, le CH a reçu la directive des dirigeants de la LNH qu’il n’était pas question de repousser ce match contre les Panthers, dimanche, au Fla Live Arena.

Le Tricolore a défié la logique pour quelques minutes en se forgeant une avance de 2 à 1 dans cette rencontre, mais il n’y a finalement pas eu de miracle. Les Panthers ont fini par renverser la vapeur en s’imposant 5 à 2 en plus de dominer 48 à 30 au chapitre des tirs.

Voyez le point de presse de Dominique Ducharme dans la vidéo ci-dessus. 

«J’ai aimé notre match, plusieurs gars ont joué de grosses minutes, a dit le centre Nick Suzuki. Nous n’avons pas abandonné. Je suis fier de l’équipe.»

Point de presse - Nick Suzuki -

Suzuki a offert un bon résumé. Pour l’effort, le CH méritait une très bonne note. Il y avait tout simplement une équipe qui se battait avec de très faibles munitions contre une formation qui aspire de terminer au sommet de la division Atlantique.

Pour ajouter aux malheurs des visiteurs, le Tricolore a perdu les services du centre Cédric Paquette tôt dans le match, frappé à la tête par Sam Bennett.

Des mauvaises chaises 

En matinée, Dominique Ducharme avait dit que les nombreux absents le forceraient à utiliser plusieurs joueurs dans de mauvaises chaises. C’était bel et bien le cas.

Avec 10 attaquants pour une grande portion du match, Suzuki a terminé la rencontre avec un temps de jeu de 24 min 41 s. Le numéro 14 a joué avec cœur du début à la fin dans des conditions pénibles. Il a marqué le deuxième but des siens en bondissant sur un retour de tir de Jesse Ylönen.

De retour au jeu après une absence contre les Hurricanes à Raleigh en raison d’un virus qui n’était pas relié à la COVID-19, Jonathan Drouin a aussi reçu de grandes responsabilités. Ducharme l’a même utilisé pour plus de cinq minutes en infériorité numérique. En 26 matchs cette saison, Drouin avait un temps de jeu total de 1 min 53 s en infériorité numérique.

«C’est toujours le fun quand tu es sur la glace, a noté le Québécois. J’ai joué en désavantage numérique souvent dans le junior. Il restait 10 attaquants, on embarquait à des moments où on était moins confortable.»

Drouin a également touché la cible contre Sergeï Bobrovsky en redirigeant une passe de Sami Niku en première période.

Pour illustrer le manque de profondeur chez les visiteurs, il faut également noter que Cale Klague a joué 27 min 34 s et Brett Kulak a terminé à 25 min 35 s.

David Savard se retrouvait encore une fois dans le rôle de numéro un à la ligne bleue avec les absences des Jeff Petry, Ben Chiarot, Romanov et Chris Wideman.

Un silence qui parle fort 

Le CH savait qu’il y avait un déséquilibre notoire face aux Panthers, une équipe qui mise sur une redoutable attaque avec les Jonathan Huberdeau (trois passes), Aleksander Barkov (un but), Sam Reinhart (deux passes), Sam Bennett (deux buts) et Anthony Duclair (une passe).

Pour arriver à 11 attaquants dans la formation, Ducharme s’est tourné en direction de Cam Hillis, un choix de 3e tour en 2018 qui a divisé son temps entre le Rocket de Laval et les Lions de Trois-Rivières dans la ECHL cette saison. Hillis n’avait jamais patiné sur une glace de la LNH. Pour ses débuts, il a même obtenu des présences en supériorité numérique. Ça démontre à quel point c’était mince chez le CH.

Questionné à savoir si la LNH avait pris la bonne décision en choisissant de ne pas repousser cette rencontre, Drouin a décidé de ne pas y répondre directement.

«J’aimerais mieux ne pas commenter sur cette question, a-t-il répliqué. Je vais laisser ça de cette façon.»

Relancé sur le même sujet, mais en anglais, le 92 a élaboré un peu plus.

«C’est la LNH qui décide, on ne choisit pas. La LNH a dit qu’on jouait. On s’est battu pour deux périodes. On jouait contre une bonne équipe, on avait seulement 11 attaquants et cinq défenseurs.»

Point de presse - Jonathan Drouin -

Ce qu’on remarque 

Niku et le flair offensif

Ce n’est pas un secret. Sami Niku a atteint la LNH pour son talent offensif et non pour son jeu dans son propre territoire. Face aux Panthers, le Finlandais a obtenu des passes sur les deux buts des siens.

Clague et les deux contre un

Kale Clague a joué beaucoup face aux Panthers. Il a inscrit une marque personnelle. On lui pardonnera quelques erreurs, mais il a encore une fois cafouillé sur une descente à deux contre un des rivaux. Sur le but de Mason Marchment en troisième période, l’ancien des Kings n’a pas surveillé l’option de la passe ni celle du tireur. Il avait fait la même gaffe lors du dernier match à Raleigh.

Des rondelles à la tonne

Samuel Montembeault n’a absolument pas à rougir de sa performance. Il a connu un très bon match contre son ancienne équipe avec 43 arrêts. Il a connu un bon voyage à Tampa, Raleigh et Sunrise.

Plus et moins 

Suzuki

Nick Suzuki a transporté l’attaque sur ses épaules. Il était le meilleur joueur du CH et l’un des rares vétérans!

Kulak

Brett Kulak a passé trop de temps sur la glace. Le numéro 77 a terminé le match avec un dossier de -4.

Point de presse - Kale Clague -