LNH

Les déboires des Sabres se poursuivent

Publié | Mis à jour

Les Sabres de Buffalo ont échappé une avance de deux filets en troisième période pour finalement s’incliner en prolongation par la marque de 4 à 3 contre les Bruins, samedi après-midi, à Boston.

Tout allait bien pour les visiteurs, qui menaient 3 à 1 après 40 minutes de jeu. Alex Tuch a vécu un beau moment à la fin du second engagement quand il a touché la cible pour la première fois avec les Sabres, l’équipe de son enfance.

Sur la séquence, l’ancien des Golden Knights de Vegas a marqué avec l’aide du jeune Peyton Krebs, qui s’est moqué de la défensive des Bruins avant de remettre la rondelle à son coéquipier.

«Il [Krebs] a montré beaucoup d’amélioration pendant les trois derniers matchs et pour moi, c’est un vrai aspect positif», a commenté l’entraîneur-chef Don Granato, dont l’équipe a perdu ses quatre derniers duels, dont deux en prolongation.

Vinnie Hinostroza, sur l’un des cinq tirs des Sabres en première période, et Jeff Skinner ont également secoué les cordages. Craig Smith assurait alors la seule réplique des Bruins, qui ont profité du deuxième passage au vestiaire pour revenir en puissance.

Retour à l’action

Nick Foligno et Taylor Hall ont tous les deux déjoué Ukko-Pekka Luukkonen au retour de la pause et ce qui devait arriver arriva. Charlie Coyle a conclu le débat en période supplémentaire, après seulement 34 secondes. Son tir parfait dans la partie supérieure s’est frayé un chemin au-dessus de l’épaule gauche du gardien.

«C’est un peu frustrant. C’était notre troisième match en cinq jours pour revenir de cette pause. C’était dur, mais nos hommes ont trouvé un moyen de se battre. Ce n’était pas toujours beau, mais plusieurs de nos gars ont été bons», a expliqué Granato, citant notamment Tuch et Tage Thompson, auteur de deux mentions d’aide, en exemple.

En raison de l’éclosion de COVID-19 dans leurs rangs, les Bruins renouaient avec l’action pour la première fois depuis le 16 décembre. Il a fallu un peu de temps pour retrouver le rythme, mais Boston s’en est bien sorti.

«Ça fait longtemps que nous n’avions pas joué. Il y avait un peu de rouille, mais au fur et à mesure que le match avançait, nous jouions de mieux en mieux», a reconnu le gardien Linus Ullmark, qui a cédé trois fois sur 24 lancers.

Luukkonen, son vis-à-vis, a tout de même bien fait dans la défaite avec 37 arrêts sur 41 lancers.

Il faudra attendre jusqu’au 12 janvier, mais les Bruins seront les prochains adversaires du Canadien de Montréal. Boston jouera cinq rencontres avant d’accueillir les hommes de Dominique Ducharme au TD Garden.