Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

LHJMQ

Le petit destroyer d’Équipe Canada

Publié | Mis à jour

Dans le lexique militaire, un destroyer est un navire de guerre rapide chargé de défendre un groupe devant toutes menaces en mer. On peut transposer cette mission à celle d’Elliot Desnoyers sur une patinoire.

Car parmi toutes les qualités de l’attaquant qui porte le gilet d’Équipe Canada junior, une revient sans cesse : sa capacité de faire passer l’équipe d’abord et avant tout.

• À lire aussi: Les Allemands causent une surprise de taille!

• À lire aussi: Le CH à Tampa avec son équipe B

Dans le langage du Québécois de 19 ans, porte-couleurs des Mooseheads de Halifax dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), la protection d’un coéquipier prime.

Il ne faut surtout pas lire ici qu’il le fait avec ses poings. Il l’accomplit plutôt en exécutant les détails permettant aux autres de briller.

«J’ai toujours été comme ça. Je suis un gars discipliné dans tout. J’ai pris l’habitude de parfaire la moindre petite chose sur la glace. D’habitude, les entraîneurs apprécient.»

Évidemment. L’entraîneur-chef canadien Dave Cameron a louangé son jeu en affirmant «qu’il est le genre de gars responsable qui fait exactement ce qu’on lui demande sur la glace sans semer un doute dans l’esprit».

Guerrier intense

«Il est toujours au pic et à la pelle. Il fait tout pour la réussite des autres. Son éthique de travail et son engagement sont irréprochables, a ajouté l’entraîneur adjoint Louis Robitaille. C’est un guerrier hargneux et intense.»

À sa première présence au Mondial junior, Desnoyers pilote le quatrième trio en déployant son énergie. Il accepte son rôle et veut l’accomplir à merveille.

«L’équipe passe avant tout. Tu pourrais me donner deux minutes de glace en me demandant de bloquer un tir avec mes dents, je vais le faire, a plaisanté le talentueux attaquant. Je sais que ma mère ne serait pas contente, mais je le ferais quand même pour l’équipe.»

La définition même du fameux destroyer. Par sa rapidité, il doit défendre efficacement et détruire les torpilleurs ennemis. Il est un élément primordial des forces d’escortes.

Bref, ce centre de 5 pi 11 po qui compte cette saison 36 points dans la LHJMQ doit exceller à défendre son territoire, à gagner ses mises en jeu et à créer des chances offensives dans ce tournoi. Il est déjà au boulot et cherche à en faire davantage jusqu’au match de la médaille d’or. Un sacre qu’il visualise déjà, d’ailleurs.

Un surnom d’un partisan de Philly

Le choix de 5e tour des Flyers à l’encan 2020 a été surnommé le Destroyer par un partisan du club sur les réseaux sociaux, lors de son premier camp d’entraînement.

En septembre dernier, il a aussi montré qu’il ne reculait devant rien en engageant un combat, son premier en carrière, face au vétéran de 30 ans John Moore, lors d’un match présaison contre les Bruins de Boston.

Ce n’est que tout récemment qu’il a découvert la vraie mission du navire de guerre. «Je crois que ça colle vraiment bien à mon style de jeu.»