Crédit : AFP

NBA

COVID-19: les Raptors n’y échappent pas

Publié | Mis à jour

Les Raptors de Toronto sont au nombre des organisations touchés par la COVID-19, qui a poursuivi son travail de démolition mardi, et quatre autres de leurs joueurs, Scottie Barnes, Precious Achiuwa, Fred VanVleet et Malachi Flynn, suivent le protocole de la NBA.

Conséquemment, les hommes concernés se trouvent dans la même situation que leurs coéquipiers Pascal Siakam, Gary Trent fils et Dalano Banton. L’organisation ontarienne devrait accorder un contrat à Tremont Waters, qui évolue au sein de la G-League, pour combler l’une des places vacantes dans sa formation.

Lundi, les Raptors ont cessé les entraînements d’équipe. Les athlètes travaillent toutefois individuellement en compagnie de leurs instructeurs. Le duel prévu en soirée contre le Magic d’Orlando a été remis en raison d’une éclosion dans le camp floridien. Cependant, l’affrontement face aux Bulls de Chicago, mercredi, est toujours à l’horaire.

Les Chiefs durement touchés

Dans la NFL, les Chiefs de Kansas City éprouvent de sérieux ennuis avec le coronavirus. Les noms de certains joueurs-clés, dont le receveur de passes Tyreek Hill, l’ailier rapproché Travis Kelce et le botteur Harrison Butker, se retrouveront sur la liste des athlètes ennuyés par la COVID-19.

La formation du Missouri devra donc se passer de ces joueurs au cours de leur duel de dimanche contre les Steelers de Pittsburgh si jamais ils ne sont pas déclarés négatifs auparavant.

Annulation

Ailleurs dans le monde du sport, les Championnats canadiens de cyclocross et les Nationaux sur piste élite/maître ont été annulés par Cyclisme Canada. Dans le premier cas, les participants devaient s’exécuter les 27 et 28 novembre, mais le tout avait été déplacé aux 8 et 9 janvier à cause de l’état d’urgence en Colombie-Britannique.

Quant aux Championnats canadiens, ils étaient prévus à Milton, en Ontario, du 7 au 9 janvier.

Puis, du côté de la Ligue américaine de hockey, d’autres affrontements ont été repoussés, mardi. Les Wolves de Chicago, affligés par la COVID-19, ne pourront visiter les Monsters de Cleveland, mercredi et jeudi.

Également, les Penguins de Wilkes-Barre/Scranton ont vu leur rendez-vous de mercredi contre les Americans de Rochester repoussé. Puis, les deux prochaines parties du Crunch de Syracuse ont subi le même sort. Celles-ci devaient se dérouler mercredi et le 28 décembre. La filiale du Lightning de Tampa Bay doit maintenant se frotter au Rocket de Laval le lendemain, à la Place Bell.

Enfin, la rencontre du 28 décembre entre les Bruins de Providence et les Marlies de Toronto a été remise.

Pas de pause envisagée dans la NBA

Contrairement à la Ligue nationale de hockey, la NBA n’a pas l’intention de temporairement arrêter sa saison pour lutter contre la recrudescence de cas de COVID-19 au sein de ses formations.

Malgré le fait que plusieurs équipes aient plus de joueurs sur la liste des athlètes indisponibles en raison du virus que sur le parquet, le commissaire Adam Silver croit que la solution n’est pas d’imposer une pause forcée, mais plutôt de trouver des solutions pour continuer la saison.

«Depuis le premier jour où nous avons mis un frein à nos activités, en mars 2020, nous nous sommes préparés à faire face aux imprévus, a-t-il dit, sur les ondes du réseau ESPN, mardi. Bien sûr, nous pouvons toujours avoir recours à ces plans, mais pour le moment, notre plan est de poursuivre [la saison] et non pas seulement les matchs de Noël, mais la vingtaine de duels d’ici cette date. Chaque jour est un jour nouveau. Nous recevons les résultats des tests [à la COVID] au courant de la nuit, nous vérifions ce que ça donne au niveau des alignements avant de prendre nos décisions.

«Nous n’avons aucun plan qui consiste à mettre une pause sur notre saison. Nous avons considéré nos options, et bien franchement, nous avons de la difficulté à trouver une logique quant à une pause.»

Silver croit d’ailleurs que la NBA, tout comme le reste de la population, devra éventuellement se résigner au fait que le coronavirus ne disparaîtra jamais.

«Ce virus ne sera jamais éradiqué et nous devrons apprendre à vivre avec [la COVID], a ajouté l’homme de 59 ans. Je crois que c’est ce que nous vivons dans la NBA présentement.»