Canadiens de Montréal

DANS LA MIRE DU CH? | «Il peut jouer 1000 matchs dans la LNH»

Publié | Mis à jour

Note de l'auteur: la saison des Canadiens représente une déception sur d'innombrables plans. Heureusement et par la force des choses, le pauvre rendement du club lui confère d'excellentes chances de sélectionner parmi les premières équipes lors du prochain repêchage, qui aura justement lieu à Montréal, en juin. Ça tombe bien, car la cuvée d'espoirs 2022 est extrêmement intéressante. Depuis quelques semaines, je me suis plongé dans l'univers de cinq de ces joueurs prometteurs. Toute la semaine et jusqu'au 17 décembre prochain, je vous ferai découvrir chacun d'eux, à raison d'un par jour et grâce à une panoplie d'entrevues. Soyez attentifs... Il se pourrait fort bien que l'un des patineurs présentés devienne un représentant du Tricolore d'ici quelques mois! -Anthony 

«Ce gars-là, si tu le repêches et que tu le développes bien, il peut jouer 1000 matchs dans la Ligue nationale et être sur ta première paire pour longtemps. Un joueur comme lui, ça vaut de l’or pour un entraîneur.»

«Lui», c’est David Jiricek, un défenseur tchèque admissible au prochain repêchage de la LNH.  

Voyez, dans la vidéo ci-dessus, l'entrevue complète de Jiricek.  

Et comme vous l’avez constaté en lisant ci-haut la déclaration d’un recruteur œuvrant dans la division Centrale du circuit Bettman, il est non seulement prometteur, mais surtout porté en très haute estime par ceux qui l’épient depuis plusieurs mois. 

Alors que les noms de Shane Wright, Matthew Savoie, Joakim Kemell et Logan Cooley sont fréquemment mentionnés lorsqu’il est question de l’encan 2022, Jiricek, dans l’ombre, en profite pour se bâtir un curriculum vitae du tonnerre.

Et l’équipe qui le repêchera risque de s’en frotter les mains très longtemps. 

À quelques mois du jour le plus important de sa jeune carrière, le patineur nous a ouvert les portes de son quotidien, ne refusant aucune question et se livrant généreusement. 

«Je suis imbattable!»                         

À 6 pieds 3 pouces et 190 livres, David Jiricek, un droitier qui évolue chez le HC Plzen en Extraliga, ne passe pas inaperçu sur une patinoire. Loin de là. 

Et au-delà de son imposante stature, sa polyvalence arrive en tête des éléments qui font de lui un espoir si bien perçu.

«Il est pratiquement sans reproche sur la glace, lance avec conviction un recruteur de l’Ouest. Il est capable d’être physique à souhait et il a une approche mean (méchante) dans ses batailles pour la rondelle. Il est de plus très alerte défensivement, en plus d'être intéressant en offensive.»

«J’aimerais, dans la LNH, être perçu comme un défenseur complet, confie dans la même veine le principal intéressé. J’ai les aptitudes pour. Je souhaite être utilisé en avantage et en désavantage numérique.» 

Et quelle est sa plus grande force? La réponse qu’il livre à de quoi faire sourire. 

«Je suis imbattable, lance-t-il en gloussant. Je suis à 100% dans chaque situation, que ce soit lors d’un entraînement ou d’un match. Bien malin est celui qui réussira à me faire mal paraître.»

Crédit photo : Lucie Muzikova - Courtoisie

Jiricek, bien que confiant à souhait, n’est pas le plus flamboyant sur la glace, se contentant plus souvent qu'autrement de garder les choses simples. C'est d'ailleurs l'un des secrets derrière sa grande efficacité. Mais son profil pourrait justement, avance un autre dépisteur, être idéal pour une équipe comptant déjà sur un défenseur offensif à l'approche téméraire.

«Il serait un excellent complément à un gars comme Quinn Hughes. Jiricek, il n’y a pas 20 000 façons de le décrire. Il joue de la bonne manière. Il ne prend que de bonnes décisions. Il n’essaie pas d’être spectaculaire, mais mon dieu qu’il est efficace! 

«Ce gars-là, si tu le repêches et que tu le développes bien, il peut jouer 1000 matchs dans la Ligue nationale et être sur ta première paire pour longtemps. Un joueur comme lui, ça vaut de l’or pour un entraîneur.»

Mis au fait de cette dernière déclaration le concernant, Jiricek, qui compare son jeu à celui de Filip Hronek des Red Wings, éclate de rire. On le sent fier. 

«Wow! 1000 matchs, c’est énorme! On verra. Mais c’est flatteur d’entendre quelque chose du genre. Ça me motive à poursuivre le travail.»

Un aspect à travailler                        

À ce moment-ci de votre lecture, vous aurez compris que les lacunes majeures de Jiricek sont très rares.  

N’empêche, personne n’est parfait sur cette planète. Si l’arrière pouvait améliorer un aspect de son jeu, plusieurs intervenants sondés à son sujet citent sa prise de décisions en offensive. On avance qu’elle pourrait être meilleure, notamment au niveau de la quantité de tirs qu’il décoche et du moment où il s’exécute. Et avec la qualité du lancer sur réception de Jiricek, il est vrai qu'utiliser cette arme de façon plus régulière pourrait être gagnant. Tant pour lui que pour son club! 

Jiricek, faisant preuve d’une belle introspection, ne se défile pas et analyse son jeu de la même façon. Mais il se fait rassurant.

«Oui, je préfère y aller d’une belle remise qui mène à un but que de marquer moi-même. Je suis comme ça! J’essaie constamment de trouver la ligne de passe parfaite pour créer une séquence dangereuse autour du filet adverse. C’est aussi l’une de mes forces, en fait! 

«Mais honnêtement, j’essaie chaque jour d’être plus créatif que la veille. On peut toujours faire mieux, et mon but est de me renouveler à chaque partie.»

Un passeur agile et vif, toujours à l’affût de cibles potentielles en zone offensive. Le profil idéal pour l’avantage numérique? «Oui», avance un recruteur de l’Est.

«Si tu veux un arrière qui distribue la rondelle à des tireurs de qualité, c’est ton homme.»

«C’est très important pour moi»                        

Depuis 2000, seulement cinq défenseurs tchèques ont été sélectionnés au premier tour du repêchage. Jakub Zboril (2015), Jakub Kindl (2005), Ladislav Smid (2004), Lukas Krajicek (2001) et Rostislav Klesla (2000). 

Jiricek, très attaché à son pays, y voit là une immense motivation à être repêché au plus haut rang possible. 

«C’est très important pour moi. Au fil des années, bien peu de joueurs tchèques ont été sélectionnés en première ronde. Je sens en quelque sorte que je me bats pour représenter mon pays et rendre fiers les gens de chez moi. Évidemment, je souhaite être sélectionné tôt. Je comprends que mon rendement a une grande importance et un gros impact pour le hockey tchèque. Je suis fier d’être né ici.»

Le défenseur, qui a représenté la République Tchèque à la coupe Karjala il y a quelques semaines, se dit justement satisfait de son rendement cette saison. 

«Je me donne une bonne note jusqu’ici. Je performe bien, selon moi. J’ai joué selon mes standards à la coupe Karjala. Je suis également heureux de ma saison en Extraliga. Mon défi, d’ici la fin de la saison, sera de demeurer constant et solide. Éviter les moments de faiblesse.»

Jiricek ou... Nemec?                        

S’il souhaite être le premier défenseur repêché en 2022, David Jiricek a, en effet, grand intérêt à éviter les moments de faiblesse. 

Quelque part en Slovaquie, un autre excellent défenseur nommé Simon Nemec attire l’attention. Certains le voient même devant Jiricek. Et ce dernier en est conscient.

«Sur différentes listes, il est devant moi et sur d’autres je suis devant lui. Nous avons tous les deux de grandes qualités et des points à corriger. En gros, notre rang de sélection dépendra des besoins des différents clubs. Nos profils sont plutôt différents.»

Crédit photo : Lucie Muzikova - Courtoisie

Voilà la réponse polie. Mais lui, comment se classe-t-il par rapport à Nemec? 

«Moi, je me vois clairement au-dessus.»

C’est dit. 

Un leader positif                      

Ce qui saute aux yeux après quelques minutes d’entrevue avec Jiricek, c’est qu’il n’a aucune malice. Un jeune homme rieur, blagueur, allumé et détendu malgré un anglais «débutant». Bref, un sacré bon «Jack»... à l'extérieur de la glace, du moins! Après tout, il est quand même le sixième joueur le plus puni de toute l'Extraligua (49 minutes de pénalité).

Lorsque l’auteur de ces lignes lui fait remarquer qu’il semble être à l’aise en public, Jiricek acquiesce rapidement, avançant du même souffle qu’il est souvent celui qui s’assure du maintien d’une ambiance positive dans le vestiaire.  

«C’est étrange à dire, mais je me considère comme un gars drôle. J’espère que c’est le cas! J’aime détendre l’atmosphère dans la chambre des joueurs. Je veux que tous les gens autour de moi se sentent bien. Pour une équipe de hockey, c’est important que le climat de groupe soit au beau fixe. Tout le monde a envie de performer et de se sacrifier pour ses coéquipiers, dans ces circonstances.»

Une année stressante                         

Qualifier cette saison d’importante pour Jiricek serait l’un des plus gros euphémismes. 

À 17 ans, il doit constamment s’assurer d’être au meilleur de sa forme s’il veut demeurer haut dans les différents classements en vue du repêchage. Et le jeune homme, qui aurait bien aimé être banquier si le hockey n’avait pas fonctionné, doit aussi gérer l’attention des médias et les attentes à son endroit. Ça fait pas mal de choses à maîtriser, pour un adolescent!

«Oui, je ressens du stress et il est difficile de m’évader de toute cette attention à mon endroit. J’essaie de rester concentré sur ma tâche et sur mes études. Je pratique aussi d’autres sports qui m’aident à me vider la tête. Le tennis et le soccer, par exemple. J’adore ces deux activités. 

«En bout de ligne, je n’ai qu’à me rappeler que ce que disent les gens n’a aucune importance. Je vais laisser mes performances parler et on verra le résultat de tout ça en juin.»

À l’heure actuelle, Jiricek peut néanmoins dormir sur ses deux oreilles. Après tout, bien rares sont les clubs qui cracheraient sur un défenseur ayant le potentiel de disputer 1000 matchs dans la LNH...

David Jiricek           

Équipe: Plzen HC (Extraliga)

Taille: 6 pieds 3 pouces

Poids: 190 livres

Statistiques 2021-2022: 5 buts, 6 aides - 11 points en 29 matchs, différentiel de 0