Canadiens de Montréal

Canadien: qui partira, qui restera?

Publié | Mis à jour

Le visage du Canadien pourrait être bien différent dans quelques semaines. Pas en raison du retour des nombreux blessés, mais bien en raison de la tangente que pourraient prendre Jeff Gorton et le prochain directeur général du Canadien.

Lors de son allocution de vendredi, l’Américain de 53 ans a souligné la possibilité de procéder à une reconstruction.    

C’est encore loin d’être une certitude, puisque l’homme de hockey souhaitait se donner un peu de temps pour évaluer les effectifs qu’il a sous la moins. Toutefois, il s’agit d’une option plus qu’envisageable.

Le hic, et Gorton a reconnu en être très conscient, c’est que le Canadien est l’équipe qui compte le plus de contrats à long terme au sein de son enveloppe salariale. Des contrats accordés sous le règne de Marc Bergevin (sauf Shea Weber). À la fin de la présente saison, le Tricolore comptera dans ses rangs 10 joueurs dont l’entente sera valide pour au moins trois autres saisons.

Carey Price, Shea Weber, Jeff Petry, Brendan Gallagher, Nick Suzuki, Josh Anderson, Christian Dvorak, Joel Armia, Jake Evans et David Savard.

Si elle souhaite procéder à une refonte complète de la formation, la direction de l’équipe montréalaise devra se départir de plusieurs de ces longs contrats.

Qui, parmi ces 10 joueurs, devrait plier bagage et qui devrait faire partie de cette reconstruction? Le Journal se penche sur la question.

Price, pas avant 2022  

D’ailleurs, samedi soir, sur les ondes de TVA Sports, Gorton a affirmé au confrère Renaud Lavoie que des discussions seraient prochainement amorcées avec plusieurs joueurs dans le but de faire le point sur leur carrière. Carey Price arrivant, évidemment, en tête de lice.

À la lumière de ses propos tenus lors de cet entretien, il ne faut pas s’attendre à revoir Price dans la formation avant la nouvelle année. « L’organisation veut prendre son temps avec Carey pour lui laisser la chance de revenir sur la glace au moment opportun. Nous allons continuer de travailler et de parler avec lui », a déclaré le vice-président exécutif aux opérations hockey, quelques minutes avant le match face aux Predators, à Nashville.

Au cours des derniers jours, le gardien du Canadien a sauté sur la patinoire, simplement vêtu d’un survêtement et d’un casque de joueurs. On est donc loin d’un entraînement complet avec équipement de gardien, situations de matchs, déplacements latéraux vifs et arrêts.

Bref, il serait surprenant de le voir prendre part à l’un des 11 derniers matchs que les Montréalais disputeront avant le jour de l’an.

Quel plan pour Price ?  

Alors, que fait-on du gardien le plus victorieux de l’histoire de la concession une fois qu’il aura démontré qu’il est de retour en pleine santé ? 

Sa clause de non-mouvement limite les possibilités. Toutefois, l’appât d’une conquête de la coupe Stanley pourrait le convaincre de la lever. Price serait une option intéressante pour une formation bien nantie à qui il ne manque qu’un portier de confiance (les Oilers, par exemple). Toutefois, il ne sera pas facile à passer. 

Le Kraken de Seattle n’en a pas voulu, même s’il ne coûtait rien en retour. Et c’était probablement ça, le problème. Inévitablement, le CH devra retenir une partie de son salaire. Un salaire de 10,5 M$, ça ne s’insère pas facilement dans une liste de paies. 

De plus, il ne serait pas surprenant que l’équipe qui fera son acquisition exige que le Tricolore accepte, en retour, un mauvais contrat. Ça s’est déjà vu dans le passé. Gorton a acquis de l’expérience dans le domaine avec les Rangers. Lorsqu’il a été promu directeur général des Blue Shirts, il restait six ans au pacte de sept saisons d’Henrik Lundqvist qui lui rapportait annuellement 8,5 M$. En septembre 2020, les Rangers ont racheté la dernière année de l’entente du Suédois.

Ce dernier avait eu le temps d’être témoin des deux premières années de la reconstruction de l’équipe. Une reconstruction qui avait vu le jeune Igor Shesterkin, dauphin de Lundqvist, arriver à Manhattan.

Carey Price   

  • Gardien, 34 ans        
  • 4 ans / 10,5 M$        
  • Clause de non-mouvement complète                 

Ils devraient partir  

Shea Weber

HKN-HKO-SPO-MONTREAL-CANADIENS-V-TORONTO-MAPLE-LEAFS---GAME-FIVE
Crédit photo : Photo AFP
  • Défenseur droitier, 36 ans        
  • 4 ans / 7,857 M$                

Sa carrière est vraisemblablement terminée. Toutefois, en annonçant sa retraite, il ferait un trait sur les 6 M$ qu’il lui reste à toucher en salaire. Si le Tricolore procède à une reconstruction, il descendra possiblement loin sous le plafond salarial. À ce moment, la possibilité de défoncer la limite permise de 7,857 M$ (l’équivalent de l’empreinte du salaire de Weber sur la masse salariale) deviendra caduque. Toutefois, cette empreinte pourrait être bien utile à une formation accotée au plafond, désireuse, au cours de l’été, de mettre la main sur un haut salarié ou de renouveler l’entente de l’un de ses espoirs prometteurs.

Jeff Petry

Golden Knights vs Canadiens
Crédit photo : Photo Martin Chevalier
  • Défenseur droitier, 33 ans        
  • 3 ans / 6,25 M$        
  • Clause de non-échange (15 équipes)        
  • Clause de non-mouvement                

L’Américain possède une clause de non-échange sur laquelle il peut inscrire le nom de 15 équipes au sein desquelles il ne souhaite pas se retrouver. À 33 ans, au crépuscule de sa carrière, Petry ne voudra certainement pas être impliqué dans une reconstruction. « Quand tu es plus loin dans ta carrière, comme je le suis, le temps devient un enjeu. Le Canadien aura des décisions à prendre. La relance d’une équipe peut se faire en cinq ans, comme en deux ans. Ça dépend toujours des choix », a-t-il déclaré, il y a quelques jours. Par conséquent, la proposition d’aller voir ailleurs pourrait très certainement venir de lui. Toutefois, la plupart des équipes qui aspirent aux grands honneurs n’ont pas l’espace suffisant sous le plafond salarial. D’autant plus qu’avec la difficile saison qu’il connaît, il devient beaucoup moins attrayant. 

Brendan Gallagher

Penguins vs Canadiens
Crédit photo : Photo Martin Chevalier
  • Ailier droit, 29 ans        
  • 5 ans / 6,5 M$        
  • Clause de non-échange (6 équipes)        
  • Clause de non-mouvement                

Cinq ans de contrat, pour un athlète qui pratique un style aussi fougueux et qui est grandement usé par les nombreuses blessures du passé, finiront immanquablement par être un fardeau. Les saisons de 30 buts sont probablement derrière lui. Marc Bergevin avait un lien très étroit avec l’Albertain. Il a souvent laissé paraître ses émotions lorsqu’il parlait de lui. Jeff Gorton et le prochain directeur général de l’équipe n’auront pas cette proximité. Ils pourront aborder ce dossier avec du recul et la tête froide.

Joel Armia

Kings vs Canadiens
Crédit photo : Photo Martin Chevalier
  • Ailier droit, 28 ans        
  • 3 ans / 3,4 M$                

Le gros ailier a tendance à s’endormir. Cependant, il est le type de joueur que les entraîneurs apprécient : simple, efficace et fiable défensivement. Il est également efficace en protection de rondelle et habile pour couper les lignes de passes. Il pourrait être une prise intéressante pour une formation désirant ajouter de la profondeur et du gabarit à sa formation en prévision des séries éliminatoires. À travers les branches, on dit que les Bruins de Boston sont grandement intéressés à ses services.

David Savard

Kings vs Canadiens
Crédit photo : Photo Martin Chevalier
  • Défenseur droitier, 31 ans        
  • 3 ans / 3,5 M$                

Un arrière de profondeur qui n’a toujours pas trouvé ses aises à Montréal. Probablement parce qu’il n’est pas dans la bonne chaise. Le Lightning l’avait acquis pour en faire son sixième défenseur, ce qui était parfaitement dans les cordes du Maskoutain. Toutefois, son sort pourrait très bien être lié à ceux de Petry et de Ben Chiarot (la prise la plus intéressante à la ligne bleue du Canadien). Comme c’est le cas pour la ligne du centre, le Tricolore ne peut pas échanger tout le monde.

Ils devraient rester  

Nick Suzuki

Penguins vs Canadiens
Crédit photo : Photo Martin Chevalier
  • Centre, 22 ans        
  • 8 ans / 7,875 M$                

Assurément le cas le plus facile à déterminer. Si jamais, il devait y avoir une reconstruction, il en sera le point d’ancrage. À 22 ans, l’Ontarien a un brillant avenir devant lui. Il est capable d’exceller dans tous les aspects du jeu. Ce n’est pas pour rien qu’on lui donne pour mission d’affronter les meilleurs trios adverses tout en espérant le voir contribuer en attaque. De plus, le fait d’avoir cousu un « A » sur son chandail pour la moitié des matchs démontre qu’on voit en lui un leader d’avenir. Sa prolongation de contrat de huit ans aura été le dernier mouvement significatif de Marc Bergevin. Un bel héritage pour ses successeurs.

Josh Anderson

Penguins vs Canadiens
Crédit photo : Photo Martin Chevalier
  • Ailier droit, 27 ans        
  • 5 ans / 5,5 M$        
  • Clause de non-échange (8 équipes)                

À première vue, son contrat peut sembler un handicap pour le prochain directeur général. Toutefois, les attaquants de puissance qui déplacent autant d’air en patinant ne courent pas les rues. Sa contribution n’est pas toujours visible sur la feuille de pointage. Il crée de l’espace pour ses compagnons de trio, récupère les rondelles dans les coins de patinoire et est souvent le premier à se replier. En espérant que la blessure qu’il a subie contre le Colorado (qui semble être à l’épaule gauche) ne nécessite pas une opération qui prolongerait son absence.

Jake Evans

SPO-HOCKEY-AVALANCHE-CANADIENS
Crédit photo : Photo Ben Pelosse
  • Centre, 25 ans        
  • 3 ans / 1,7 M$                

L’organisation a investi beaucoup de temps dans le développement du diplômé de l’Université de Notre-Dame. Aujourd’hui, c’est un athlète fiable sur qui l’on peut compter pour des missions précises. Avec lui dans les rangs, la case du joueur de centre de quatrième trio pourrait être cochée pour plusieurs saisons, et ce, à un juste prix. Son salaire, combiné aux services qu’il rend à l’équipe, en fait un cas très avantageux sur une masse salariale.

Christian Dvorak

Camp Canadiens 2021-2022
Crédit photo : Photo Martin Chevalier
  • Centre, 25 ans        
  • 3 ans / 4,5 M$                

Marc Bergevin a pratiquement vidé la ligne du centre en ne s’entendant pas avec Phillip Danault et en laissant partir (avec raison) Jesperi Kotkaniemi chez les Hurricanes de la Caroline. Il ne faudrait pas répéter le manège encore une fois. Jusqu’ici, l’Américain n’a rien cassé avec le Canadien. Mais tout va tellement mal dans cette saison de misère qu’une évaluation juste devient difficile à faire. Il est tout de même en voie de récolter sa quinzaine de buts et sa trentaine de points habituels. Contrairement à son salaire, cela représente bien ce à quoi on s’attend d’un centre de troisième trio.

À voir aussi      

Ce qu il faut savoir sur Jeff Gorton -