LNH

Alain Vigneault et Michel Therrien congédiés

Publié | Mis à jour

Les Flyers ont la réputation de servir de cimetière pour les gardiens. C’est aussi la même histoire pour les entraîneurs. Ils n’ont jamais une trop longue durée de vie à Philadelphie, la ville qu’on décrit pourtant comme celle de l’amour fraternel.

Au lendemain d’une dégelée de 7 à 1 contre le Lightning de Tampa Bay, ce qui prolongeait la série noire à huit matchs sans victoire (0-6-2), Chuck Fletcher a choisi de procéder à un gros ménage. Le directeur général des Flyers a indiqué la porte de sortie à Alain Vigneault et à son adjoint, Michel Therrien.  

Mike Yeo, qui était l’un des adjoints à Vigneault, obtiendra la mission de relancer les Flyers comme entraîneur en chef.

«"AV" était ma première grosse embauche comme DG des Flyers, a rappelé Fletcher, en conférence de presse à Philadelphie. Nous avons connu une bonne saison en 2019-2020, mais nous ne sommes pas parvenus à revenir à ce niveau. Nous avons perdu notre route dernièrement. Ce n’est pas juste la faute de AV et Michel, c’est une combinaison de plusieurs choses. Mais j’avais besoin d’apporter des changements.»

Depuis la saison 2013-2014, les Flyers en seront à un sixième entraîneur différent avec Yeo à la barre de l’équipe. Avant ça, il y a eu un roulement important avec Peter Laviolette, Craig Berube, Dave Hakstol, Scott Gordon et Vigneault.

Aujourd’hui, Laviolette dirige les Capitals de Washington, Berube est avec les Blues de St. Louis, alors qu’Hakstol se retrouve avec le Kraken de Seattle.

Vigneault restera patient  

Congédié par Jeff Gorton et les Rangers à la fin de la saison 2017-2018, Vigneault avait rebondi avec les Flyers pour le début de l’année 2019-2020. À Philadelphie, Fletcher lui avait fait un pont d’or en lui octroyant un contrat de cinq ans et 25 millions. À mi-chemin, à peine, de la troisième année de cette lucrative entente, Vigneault a perdu son poste.

Avec un salaire annuel de cinq millions pour les deux prochaines années, l’homme de 60 ans aura le loisir de rester patient avant d’accepter un autre défi dans le monde du hockey.

Dans un échange de messages textes avec Le Journal de Montréal, Therrien a décliné l’invitation à commenter son départ de Philadelphie. L’ancien entraîneur en chef du Canadien et des Penguins préférait laisser retomber la poussière.

Yeo émotif  

Âgé de 48 ans, Yeo amorcera un troisième mandat comme entraîneur en chef dans la LNH après le Wild du Minnesota (2011-2012 à février 2016) et les Blues de St. Louis (2016-2017 à novembre 2018).

À sa première conférence dans le rôle d’entraîneur des Flyers, l’Ontarien n’avait rien d’un homme qui venait de faire des roues latérales dans le corridor de l’aréna.

«Je n’ai pas très bien dormi la nuit dernière, a-t-il affirmé. C’est une journée très émotive pour moi. J’ai toujours été très bien traité par ces deux hommes. J’ai une tonne de respect pour AV. Je trouvais ça très agréable de travailler avec lui. Et pour Mike, j’ai une longue histoire avec lui, on se connaît depuis nos jours à Wilkes-Barre.»

«Je suis encore émotif quand j’y pense. Mais c’est spécial pour moi d’être un membre de cette organisation. J’aurai maintenant la chance de diriger les Flyers. J’espère qu’on pourra tourner le navire. C’est un défi excitant. Pour une seconde, j’ai des émotions d’un côté et pour la seconde suivante, j’ai des émotions de l’autre côté.»

Avant la visite de l’Avalanche du Colorado lundi soir à Philadelphie, les Flyers avaient un dossier de 8-10-4 après 22 matchs.