Crédit : Photo courtoisie, Phoenix de Sherbrooke

LHJMQ

Équipe Canada junior: Roy prêt à causer la surprise

Publié | Mis à jour

Depuis quelques mois, l’attaquant du Phoenix de Sherbrooke Joshua Roy fait taire ses dénigreurs un à un, et il aura la chance de poursuivre sur sa lancée au camp d’Équipe Canada junior. 

Lorsque le Canadien de Montréal a sélectionné le natif de Saint-Georges-de-Beauce au cinquième tour du dernier repêchage, peu de gens auraient parié que Roy recevrait une invitation de Hockey Canada en vue du Mondial junior devant le choix de première ronde des Blues de St. Louis Zachary Bolduc, entre autres.  

Maintenant, tous les espoirs sont permis pour celui qui, avant les matchs de jeudi, trônait au sommet des pointeurs de la LHJMQ avec 39 points en 21 matchs. 

«Je ne m’en vais pas là avec une mentalité de touriste. Il y a beaucoup de bons joueurs, mais je suis là pour faire ma place. J’ai été invité au camp, donc ça veut dire que j’ai une chance de faire l’équipe. Ce que je veux, c’est continuer sur ma lancée. Depuis le camp à Montréal, ça va super bien et je fais changer l’avis des gens à mon endroit. Je n’ai pas été invité au camp estival, alors je n’ai pas de pression», a-t-il assuré lors d'un entretien avec le Journal au Centre Vidéotron.

Même s’il a explosé offensivement cette année et qu’il est un joueur transformé, notamment grâce à une importante prise de conscience sur sa condition physique, Hockey Canada a tout de même fait ses devoirs avant de lui faire parvenir son invitation. 

«Ils sont venus le voir à plusieurs reprises au cours des trois dernières semaines, a admis l'entraineur-chef et directeur-général du Phoenix, Stéphane Julien. Veut, veut pas, sa réputation le suivant et Hockey Canada voulait de voir de leurs propres yeux. Je pense que l’histoire les intéressaient aussi. Les joueurs me demandent souvent ce qu’ils peuvent faire pour être meilleurs et je leur réponds toujours que c’est la progression qui fait foi de tout. Hockey Canada est conscient que Joshua progression et je pense qu’ils ont vu que son éthique de travail avait changé.» 

Joueur transformé 

Cette réputation ne le suivait pas pour rien. La saison dernière n’a pas été de tout repos pour Roy. Après 15 matchs avec les Sea Dogs de Saint-Jean, il était rentré chez lui et avait demandé une transaction. Son souhait avait finalement été exaucé lorsque Julien avait accepté de céder trois choix de première ronde et un autre de deuxième tour aux Sea Dogs pour Roy. 

À son arrivée à Sherbrooke, Roy avait reçu une bonne claque au visage en réalisant que sa condition physique n’était pas à point. Avec l’aide de Julien et du personnel du Phoenix, l'attaquant a mis en place au cours de l’été un plan d’entrainement et de nutrition strict. Il est arrivé au camp d’entrainement plus léger de 25 lb. 

«Quand il est arrivé on a fait un plan avec Josh et on lui a dit que s’il le suivait, il s’en irait dans la bonne direction. Chaque semaine, il devait se rapporter aux assistants entraineurs et il avait un suivi avec un entraineur physique. On s’est aussi assuré que sa nutrition était bonne.» 

Et ça fait toute la différence. 

«Je réussis à me replier plus facilement et je me sens plus rapide sur la glace. Je suis capable de déborder les défenseurs, ce que j’étais moins capable de faire avant. Tout m’aide depuis que je suis en meilleure condition physique.» 

Retour sur investissement 

Au final, Roy rapporte au Phoenix ce à quoi Julien s’attendait lorsqu’il a accepté de payer le gros prix pour en faire l’acquisition. 

À ses yeux, malgré tout ce qui se disait sur le jeune Beauceron, il s’agissait d’un risque calculé. 

«Quand tu paies trois choix de première ronde et un de deuxième pour un joueur, tu fais des téléphones avant d’appuyer sur "enter", a blagué l'homme de hockey. On avait de bonnes relations avec les gens de St-Georges-de-Beauce qui le connaissaient. Pour moi, c’était important de savoir que c’était une bonne personne qui veut apprendre. C’est un gars qui a besoin d’encadrement. Pas nécessairement de se faire pousser, mais qu’on lui dise quoi faire et il va le faire.»