Félix Séguin

20 ans plus tard, Donald Audette encore hanté par sa terrible blessure

20 ans plus tard, Donald Audette encore hanté par sa terrible blessure

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 01 décembre 2021
Mis à jour 01 décembre 2021

Donald Audette se souviendra pour le reste de sa vie du match qu’il a disputé à Montréal le 1er décembre 2001 dans l’uniforme des Canadiens.

Acquis 10 jours plus tôt des Stars de Dallas en retour de Martin Rucinsky et Benoit Brunet, Audette avait été coupé gravement au poignet gauche par le patin de Radek Dvorak, des Rangers de New York.

Les images de la séquence sont disponibles dans la vidéo ci-dessus, mais âmes sensibles, prière de s'abstenir.

«C’est un cauchemar pour moi. Encore aujourd’hui, je suis incapable de regarder les images de ma blessure», m’a dit d’entrée de jeu Audette lors d’une conversation téléphonique tenue vendredi dernier.

La coupure était si sérieuse que 11 tendons avaient été sectionnés. «Ma main tenait par la peau. Quand je la levais, le sang coulait. À partir du moment où je suis passé devant le banc des joueurs, je ne me souviens plus de rien.»

20 ans plus tard, Audette est très reconnaissant à l’endroit des médecins des Canadiens, Dr David Mulder étant l’un de ceux-là. «Ils m’ont sauvé la vie. Si le match avait été disputé à l’étranger, je ne sais pas ce qui me serait arrivé.»

L’opération qu’il a subie a par la suite a duré quatre heures. On lui a raconté qu’il a frôlé la mort à deux reprises durant l’intervention.

Cette blessure demeure encore aujourd’hui l’une des plus sérieuses dans l’histoire des Canadiens.

Plus le même joueur  

Audette avait dû s’absenter pendant quatre mois et il était revenu à temps pour le début des séries en 2002. Toutefois, il était loin d’être rétabli. «Je n’étais même pas capable de tenir mon bâton et j’avais de la difficulté à attacher mes patins», se souvient-il.

Malgré tout, Audette était parvenu à connaître du succès lors des séries de 2002 en récoltant 10 points (6-4-10) en 12 parties éliminatoires.

C’est la saison suivante, alors qu’il est âgé de 32 ans, qu’Audette a réalisé que sa blessure l’a changé à tout jamais. La détermination et la volonté, qui ont toujours habité et caractérisé Audette, étaient toujours en lui, mais ses performances n’étaient plus les mêmes en raison du manque de motricité de sa main gauche.

D’ailleurs, Audette admet aujourd’hui qu’il a souffert mentalement les deux années suivantes. « À l’époque, j’aurais dû demander de l’aide parce que mentalement je n’étais plus là. Je faisais du surplace et je ne produisais pas. Il y a eu un effet boule de neige. »

«Les mêmes images revenaient dans ma tête, précise-t-il. Je voyais ma main, je pensais à l’opération et je me souvenais que j’étais presque mort. Je voyais la vie différemment.»

Deux regrets  

Audette n’aura joué finalement que 90 matchs avec les Canadiens. Sa blessure est survenue à son cinquième match seulement. Reconnu comme un joueur offensif lors de ses passages précédents à Buffalo, Los Angeles, Atlanta et Dallas, Audette n’a jamais été en mesure de se faire justice et de jouer à la hauteur de son talent à Montréal.

«Mon regret, c’est de ne pas avoir été en mesure de jouer à 100% devant mon monde à Montréal», dit-il lui qui est originaire de Laval. 

Et s’il pouvait retourner dans le temps, Donald Audette changerait une chose à sa carrière.

«J’aurais dû arrêter de jouer après ma blessure. J’aurais dû prendre ma retraite. Je n’ai jamais été le même joueur par la suite parce que ma main et mon bras n’avaient plus la même mobilité. J’étais limité dans mes mouvements. Aujourd’hui, je le sais.»

Une chose qu’on ne pourra jamais enlever à Donald Audette, c’est sa ténacité. À son époque, des joueurs comme lui de 5 pieds et 8 pouces, ils n’y en avaient pas beaucoup. C’était avant Martin St. Louis. Audette s’est toujours démarqué avec sa combativité et avec son talent offensif. Il ne s’est jamais laissé intimider.

Il aura récolté 509 points en 735 matchs en 14 saisons dans la LNH.