SPO-MAR-UFC-UFC-217:-BISPING-V-ST-PIERRE

Crédit : AFP

UFC

«GSP» s’ouvre sur ses commotions cérébrales

Publié | Mis à jour

Le combattant d’arts martiaux mixtes Georges St-Pierre n’est pas du type à faire du déni.

Invité à «Marie-Claude» pour une émission thématique sur les commotions cérébrales, le Québécois de 40 ans s’est ouvert avec franchise à propos des blessures à la tête qu’il a subies lors de sa brillante carrière dans l’Ultimate Fighting Championship (UFC).

• À lire aussi: «GSP» regrette de ne pas avoir eu le courage de Carey Price

• À lire aussi: Un tonnerre d’applaudissements pour GSP

«Des commotions, c’est sûr que j’en ai fait, a dit St-Pierre à l’animatrice Marie-Claude Barette. En ce moment, je suis en santé et je vais bien, mais on ne sait pas ce qui arrivera dans quelques années. C’est ça le problème avec les commotions cérébrales.»

En compagnie de l’animateur chez TVA Sports Kevin Raphaël et de la photographe Heidi Hollinger, «GSP» a eu la chance de poser des questions au neuropsychologue Dave Ellemberg. La présence du docteur a notamment permis au natif de Saint-Isidore de se replonger dans ses expériences dans l’octogone.

«Il y a des moments pendant certains de mes combats où j’ai perdu la mémoire pendant un petit moment. Ça prenait quelques minutes avant de revenir et je me battais sur le pilote automatique. Comme le docteur le mentionne, il s’agit de commotions.»

Retour sur un moment sombre 

St-Pierre est également revenu sur l’un des moments les plus sombres de sa carrière dans l’UFC, soit son affrontement contre l’Américain Johny Hendricks le 13 novembre 2016.

Après sa victoire par décision partagée, «GSP» était défiguré et ne semblait pas être lui-même.

«C’est un combat que je n’aurais jamais dû faire, parce que j’avais des problèmes émotionnels et personnels à l’époque, a révélé l’athlète. Je me battais contre le dopage et la corruption qu’il y avait dans mon sport. J’avais de gros problèmes.»

Il a d’ailleurs annoncé sa retraite tout juste après ce combat... avant de se rétracter et de prendre une pause de quatre ans de son sport.

«Quand j’ai annoncé ma retraite, c'est très mal sorti. J’aurai dû le faire d’une autre façon, mais je ne l’ai pas fait.»

Il sera possible de regarder l’entièreté de l’entrevue qu’a réalisée Marie-Claude Barrette avec St-Pierre le mercredi 1er décembre, à 10 h, sur les ondes de TVA.