SPO-Alouettes Montreal vs Hamilton Tigercat

Photo : Le quart-arrière Trevor Harris a rejoint plusieurs receveurs, dimanche. Il a conclu le match avec 364 verges au compteur. Crédit : Photo Agence QMI, Dominic Chan

Alouettes de Montréal

Une défaite qui fait mal pour Matte

Publié | Mis à jour

Les joueurs des Alouettes étaient déçus et frustrés de la tournure des événements. Ils ont toutefois été capables de déterminer les causes de leur élimination dès le premier tour.  

« Il y a eu un gros jeu de leur part et ça l’a changé le rythme de la rencontre, a mentionné Kristian Matte. Il faut avoir la mémoire courte lorsque ces choses arrivent. En deuxième demie, on a été capables de mieux bouger le ballon. 

« Les Tiger-Cats ont été meilleurs que nous. Ça fait mal. »

Son unité n’a pas connu un grand match alors que le quart Trevor Harris a été victime de six sacs. Plusieurs joueurs se sont fait brasser par le front défensif des locaux. Par exemple, David Foucault a connu un match très difficile. 

« C’est une très bonne défensive, a souligné Matte avec justesse. Tout le monde le savait avant le match. On n’a pas fait assez de gros jeux. On a été physiques à certains moments, mais ce n’était pas assez suffisant.

« Il va falloir que tout le monde se regarde dans le miroir et il faudra regarder le film même si ça ne nous tente pas. Ça ne peut pas continuer de même. Il manque quelque chose. Ça nous prend quelque chose de plus. »

De plus, les Alouettes ont dû terminer le match sans leur centre Sean Jamieson, qui a subi une blessure indéterminée. 

Harris reconnaissant

Pour sa part, Trevor Harris a connu un match à la hauteur de son talent. Il a été en mesure de distribuer le ballon à tous ses receveurs. Même s’il a terminé la partie avec 364 verges au compteur, l’attaque montréalaise n’a produit qu’un petit touché. Celui d’Eugene Lewis dans les premières minutes du troisième quart. 

« Nous n’avons pas gagné, donc ce n’était pas suffisant, a mentionné Harris. C’est très frustrant parce que ça ne représente pas la qualité de notre formation. 

« J’aime nos gars. Je suis arrivé à Montréal alors que je connaissais peu de joueurs. J’ai eu beaucoup de plaisir en leur compagnie. »

Il croit que les Alouettes se sont tiré dans le pied avec les revirements. 

« Leur premier a été plus important que les autres, a mentionné Harris. Les revirements sont le premier indicateur pour remporter un match de football. 

« On en a commis plusieurs aujourd’hui [dimanche]. Ça nous a fait aussi mal dans notre positionnement sur le terrain. On s’est placés dans une mauvaise situation. C’est décevant parce que je sentais que cette équipe avait quelque chose de spécial. »

Acquis d’Edmonton, le quart-arrière s’est acclimaté rapidement à ses nouveaux coéquipiers et à son nouvel environnement. Par contre, il n’a pas été capable de permettre aux Alouettes d’arriver à bon port. « Je suis heureux d’avoir eu la chance d’évoluer avec ces joueurs. Par contre, ce n’est pas le bon moment pour faire des spéculations sur mon avenir avec les Alouettes ou dans le football. »

Levels ne regrette pas 

Au début de la semaine, Patrick Levels avait promis une victoire contre les Tiger-Cats. Toutefois, les locaux l’ont fait mentir. 

Par contre, le secondeur des Alouettes n’a pas hésité à rencontrer les médias. 

« On a eu trop de revirements. Quand l’adversaire est en mesure d’en profiter, tu perds le match, a analysé Levels. On n’a rien fait de bon dans aucun aspect. 

« Pour ce que j’ai dit, je n’ai aucun regret. C’est comme cela que je joue au football. Nous n’avons pas gagné et je félicite nos adversaires. »