Canadiens de Montréal

«Je ne cracherais pas sur une occasion pareille» - Brière

Publié | Mis à jour

On ignore combien de temps mettra Geoff Molson à nommer un successeur à Marc Bergevin. 

Le fait que Jeff Gorton, nouvellement embauché au poste de vice-président, opérations hockey, assurera l’intérim de ce poste laisse entrevoir la possibilité que le propriétaire du Canadien se donne le temps de mûrir sa décision et de rencontrer quelques candidats. À moins que ce ne soit déjà fait.   

Si les noms de Mathieu Darche, Martin Madden fils et Patrick Roy circulent beaucoup, quelques personnalités gravitant dans le milieu de la LNH ont la candidature de Daniel Brière en haute estime. 

Le principal intéressé ne passera pas les prochaines heures à attendre impatiemment un appel interurbain en provenance de Montréal. 

Employé par les Mariners du Maine de la ECHL depuis juin 2017, il est beaucoup trop occupé par les fonctions de président et gouverneur qu’il cumule depuis le mois de mars. 

Toutefois, il prêterait une oreille attentive à une proposition du Canadien.

«Je ne cracherais pas sur une occasion pareille, mais le téléphone n’a pas encore sonné. Je n’ai pas entendu dire que les Flyers avaient reçu une demande du Canadien pour me parler», a indiqué le Québécois, joint par Le Journal en fin d’après-midi.

Une dynamique viable  

Si Brière parle de la troupe d’Alain Vigneault, c’est que les Mariners sont affiliés à l’équipe de la Pennsylvanie. Depuis quelques mois, le Gatinois de 44 ans fait également partie de l’équipe du développement des joueurs des Flyers.

Inévitablement, le prochain directeur général du Tricolore devra travailler en étroite collaboration avec Gorton. Il n’aura donc pas les coudées franches. Si la situation peut créer des frictions comme ce fut le cas au Colorado, entre Joe Sakic et Patrick Roy, elle peut, à d’autres occasions, être viable.

«Ça dépend toujours de la dynamique entre les deux hommes. Je l’ai vécu dans l’organisation des Flyers. Paul Holmgren agissait comme président. Il était au-dessus de Ron Hextall», a rappelé Brière. 

«J’ai vu Jeff [Gorton] travailler avec nous. Ça me semble être un gars d’équipe», a-t-il pris soin d’ajouter.

L’homme de la situation  

Lors de l’embauche de Brière à titre de vice-président des opérations, il y a quatre ans et demi, les Mariners du Maine étaient une filiale des Rangers de New York. À l’époque, Gorton en était le directeur général.

«Je faisais surtout affaire avec Chris Drury [adjoint de Gorton et directeur général du Wolf Pack d’Hartford de la Ligue américaine], mais j’ai eu à rencontrer Jeff à quelques occasions», a raconté Brière.

«Regarde ce qu’il a fait avec les Rangers. C’est un travail colossal. Aujourd’hui, c’est Drury qui est le directeur général. Mais l’équipe que l’on voit sur la glace présentement, c’est la sienne», a-t-il ajouté.

Gorton, c’est celui qui a amené Adam Fox, Jacob Trouba et Artemi Panerin à New York, par les transactions et le marché des joueurs autonomes.

Une bonne tête de hockey.